Flash

GAFA & Editeurs : après les promesses, des résultats en 2016 ?

Instant Articles, Apple News, Google Accelerated Mobile Page… en 2015 les GAFA ont presque tous dévoilé des projets d’hébergement des contenus des éditeurs pour en opérer la monétisation. 2016 sera-t-elle l’année des promesses tenues pour les éditeurs ?

Des premiers retours mitigés

Facebook a été l’un des acteurs les plus offensifs en 2015 avec le lancement de ses Instant Articles. Le deal était prometteur : un format plus rapide, plus « mobile-friendly » et à même de générer audiences et revenus pour les éditeurs. La contrepartie était d’héberger le contenu sur Facebook et d’accepter les règles de publicité (format, partages de revenus, etc.).

Les premiers retours présentés dans le Flash NPA N°778 montrent des limites dans l’exploitation du format qui nuit à sa monétisation. Face à la déception des éditeurs, Facebook a réagi rapidement en décembre et fait évoluer ses conditions d’utilisation (plus de publicité, premiumisation de l’offre, etc.). Les premiers résultats de ces évolutions devront rassurer les éditeurs au premier trimestre 2016.

Les différentes solutions proposées par Google (AMP), Apple (News) et Facebook (Instant Article)

Image1

Sources : ZDnet / Business Insider / strategies.fr

Des retours d’expériences attendus

Lancées en octobre 2015, les Accelerated Mobile Page (AMP) de Google – en association avec LinkedIn, Twitter & Pinterest notamment – ont trouvé en France un premier éditeur partenaire avec Les Echos. Mais le vrai lancement aura lieu en février 2016 avec le début de l’indexation des AMP dans les résultats de recherches Google. Les éditeurs pourront alors vérifier la plus-value à utiliser ce format open source : gain de visibilité, de trafic, de temps passé et de revenus sur mobile ?

Quant à l’application agrégatrice d’actualités « Apple News », elle n’est encore disponible qu’aux Etats-Unis et devra faire elle aussi la preuve de son efficacité. La promesse de toucher tous les utilisateurs d’iPad et iPhone au travers d’une application est forte mais la concurrence entre les applications et notamment Facebook, Snapchat ou les applis des éditeurs peut en limiter sa portée réelle.

image_pdfimage_print