Brexit

Premier league : l’attractivité et le montant des droits menacés

Le Royaume-Uni ayant choisi de voter sa sortie de l’UE, l’attractivité de son championnat de Football, considéré comme le meilleur au monde, pourrait être remise en cause. En effet une centaine de joueurs originaires de l’UE pourraient se retrouver contraints de quitter le pays, faute d’obtention d’un permis de travail. Depuis 1995 et la mise en place de l’arrêt Bosman, tout footballeur originaire d’un pays membre de l’UE peut rejoindre le championnat anglais sans condition particulière. Ne faisant plus parti de l’Union cette disposition ne devrait plus subsister.

Le Brexit pourrait donc avoir des répercutions sur le niveau du championnat, son rayonnement à l’international et sur une partie de ses revenus. Cela aurait notamment une incidence directe sur les droits de retransmissions télévisées. Pour rappel, le championnat anglais est aujourd’hui le plus cher du monde. Les dernières négociations pour les droits nationaux de la Premier League ont battu des records cette année : Sky et BT ont dépensé près de 7 milliards d’euros pour la période 2016-2019, une augmentation de 70% par rapport à 2013-2016. Une tendance à la hausse que l’on retrouve également à l’international puisque le montant total des droits TV de la Premier League à l’étranger s’est élevé à un peu plus de 4 milliards d’euros (2016-2019), une augmentation de presque 50% par rapport à la période précédente. Avec de nombreux joueurs contraints à quitter ce championnat, le risque de voir les montants des droits pour la période 2019-2022 s’effondrer n’est pour le moment pas à exclure.

La Premier League en chiffres:

122 joueurs européens sur les 168 que compte la Premier League sont concernés.
7 milliards d’euros (2016-2019) ont été déboursés par Sky et BT pour retransmettre les matchs (à titre de comparaison, les droits de retransmissions en France sont de l’ordre de 700 millions par an). Avec les revenus des droits à l’international cette somme devrait monter à 11 milliards d’euros.
120 millions d’euros par an (2016-2019), c’est le montant déboursé par le groupe Altice pour retransmettre la Premier League en France (pour l’occasion le groupe compte lancer une chaîne dédiée spécialement à la Première League)

image_pdfimage_print