Flash

La nette progression de l’attractivité du Soccer aux USA

A son origine, la Major League Soccer, créée en 1996, ne rassemblait que dix équipes, et sa popularité était reléguée loin derrière celle des autres ligues nationales (Base-Ball, Hockey, Football Américain et Basket). La situation a changé : une moyenne de 22.000 spectateurs par matchs (à titre de comparaison, elle est de 22.600 en Ligue 1 Conforama) et plus récemment, 73.000 spectateurs présents à Atlanta pour assister à la finale du championnat le 8 décembre dernier, un record pour un match de soccer aux USA.

Comme l’indique le Vice-Président de la MLS, Dans Courtemanche, le soccer avait pour cible initiale la communauté latine des Etats-Unis (c’est d’ailleurs dans les États où la communauté hispanique est la plus grande que le soccer est le plus développé) et pour objectif d’accroître la pratique du sport chez les jeunes, notamment chez les filles. Le soccer a aujourd’hui élargi son public pour devenir l’un des sports les plus populaires en Amérique : selon un sondage mené par Gallup, il serait désormais le second sport le plus tendance aux USA parmi les 18-34 ans.

Parmi les raisons de ce succès, on trouve notamment l’arrivée de joueurs européens-stars, avec comme point de départ la signature de David Beckham au L.A. Galaxy en 2007. Ont ensuite suivi d’autres noms mondialement connus : Thierry Henry, Andrea Pirlo, Didier Drogba, et plus récemment Zlatan Ibrahimovic.

Outre l’arrivée de stars européennes, les instances du soccer et les différentes franchises ont également investi considérablement dans le développement de leur structure : la formation des jeunes joueurs est équivalente à celle que l’on trouve en Europe avec la présence d’entraîneurs de renoms, des centres d’entraînements calqués sur le modèle européen ainsi que des partenariats avec d’autres Fédérations, par exemple avec la FFF, pour la formation des entraîneurs américains. S’agissant des offres salariales proposées par les franchises aux joueurs, celles-ci sont désormais comparables à la moyenne européenne, malgré le plafond imposé par la MLS.

Hausse du nombre de spectateurs et de popularité, amélioration de la formation, présence de joueurs de renoms… le dernier défi qui reste à franchir pour la MLS est l’augmentation du prix des Droits TV (La MLS a vendu ses droits TV domestiques à ESPN pour 90 millions de dollar par saison) qui sont bien en-deçà des cinq grands championnats européens et des autres sports nationaux. Pour rappel, les USA, le Canada et le Mexique seront les organisateurs de la Coupe du Monde de Football 2026.

image_pdfimage_print