Flash

La TV et la SVoD dans le projet de réforme de la chronologie des médias

Maxime Saada présentait la semaine dernière le projet de Canal+ pour réformer la chronologie des médias, d’abord dans une interview pour Le Figaro et Le film français puis aux rencontres cinématographiques de Dijon. Parallèlement, Netflix a récemment renforcé son catalogue cinéma de blockbusters récents. NPA Conseil fait le point sur le possible avenir de la diffusion de films en France.

Les propositions de Canal+ pour réformer la chronologie des médias

La chronologie des médias est un système établi par les représentants des professionnels du secteur cinématographique, où les fenêtres de diffusion d’un film sont fixées en fonction de la contribution du diffuseur au financement du cinéma français. Depuis l’accord professionnel du 6 juillet 2009, la chronologie des médias est organisée de cette façon :Chrono

Canal+ en tant que principal financeur du cinéma (près de 200 millions d’euros escomptés fin 2016 selon les propos de Maxime Saada dans Le film français[1]), détient la première fenêtre de diffusion en linéaire 10 mois après la sortie du film en salles. Viennent ensuite la deuxième diffusion sur télévision payante à l’expiration d’un délai de 22 mois ainsi que la première diffusion sur une chaîne de télévision en clair à condition que celle-ci applique des engagements de coproduction d’un montant minimum de 3,2% de son chiffre d’affaires. Enfin, les chaînes TV ne contribuant pas ou peu au financement du cinéma et les services de SVoD terminent la chronologie des médias, respectivement 30 mois et 36 mois après la sortie du film en salles de cinéma.

Restée inchangée depuis sept ans et souvent considérée comme ne prenant plus compte de l’évolution des modes de consommation de films et le piratage, la chronologie des médias est continuellement remise en cause, particulièrement par le grand public et certains professionnels du secteur. C’est pourquoi Canal+, par la voix de Maxime Saada, DG du groupe, propose une modification des délais d’apparition des fenêtres d’exploitation. En effet, selon ce nouveau projet, la nouvelle fenêtre d’exploitation dédiée à Canal+ apparaîtrait 6 mois après la sortie en salles. La fenêtre DVD/TVoD serait fixée à 4 mois et 2 semaines, afin de faire bénéficier le téléchargement définitif (EST) d’une nouvelle fenêtre à 4 mois après la sortie en salles[2]. Quant aux fenêtres dédiées à la deuxième diffusion en pay-TV et la première sur les chaînes en clair, elles seraient regroupées en une seule au bout de 18 mois. Enfin, la fenêtre consacrée à l’exploitation d’un film sur un service de SVoD n’interviendrait qu’au bout d’un délai de 32 mois. Le projet de Canal+ a pour le moment été bien accueilli par les organisations professionnelles, notamment l’UPC par le biais d’un communiqué et l’ARP à la suite des Rencontres de Dijon. Pour le moment, aucune date n’a été fixée pour une éventuelle reprise des négociations.

Le renforcement de l’offre de films récents à succès sur Netflix

En attendant une éventuelle réforme de la chronologie des médias, les chaînes de télévision et les services de SVoD se disputent les droits de diffusion des films à succès. Jusqu’à présent, les ayants-droit semblaient préférer vendre les droits de diffusion de leurs films ayant eu un fort succès en salles plutôt aux chaînes de télévision qu’aux services de SVoD, notamment si le film a des chances de faire un succès d’audience. En effet, certains films comme La grande vadrouille, la saga Harry Potter ou La 7ème compagnie qui réalisent d’excellentes audiences à chacune de leur diffusion TV, sont introuvables sur un service de SVoD en France.

Cependant, depuis quelques mois, cette tendance tend progressivement à s’estomper. En effet, au mois d’août 2016, Netflix a complété son catalogue avec des films américains récents[3] ayant eu un fort succès en salles et qui ont réalisé de bonnes audiences lors de leur diffusion sur les chaînes historiques. Le tableau suivant présente un échantillon de films sortis en salles entre 2012 et 2013 et disponibles sur Netflix suite à leur première diffusion en clair :

Audiences ciné TV

Alors que le catalogue cinéma de Netflix est majoritairement constitué de films assez anciens[4], l’arrivée de ces titres récents améliore son offre d’un aspect qualitatif. Reste à savoir si les autres services de SVoD français iront également dans ce sens afin qu’ensemble ils deviennent de véritables concurrents directs des chaînes gratuites.

[1] Le film français n°3718 du 21 octobre 2016.

[2] Voir l’infographie de la Lettre juridique NPA Conseil n°62 du 26 octobre 2016.

[3] Par « récent », il faut entendre des films dont la sortie en salles a eu lieu en 2013. Pour rappel, la chronologie des médias autorise la disponibilité d’un film sur un service de SVoD qu’à la suite d’un délai de 3 ans après la sortie en salles françaises.

[4] C’est également le cas pour les autres services de SVoD en France.

image_pdfimage_print