Flash

Deuxième partie de soirée : une case sacrifiée ?

La programmation de deuxième partie de soirée ne semble pas centrale dans les stratégies des chaînes. C’est en tout cas ce que peuvent laisser transparaître certaines d’entre elles, préférant miser davantage sur le reste de la grille. La déprogrammation de la version mensuelle de Quotidien, censée être diffusée en alternance avec les divertissements d’Arthur en deuxième partie de soirée sur TF1 dès mi-octobre peut en témoigner. Les équipes de l’émission y auraient renoncé afin de se concentrer sur la production de l’émission diffusée en Access Prime Time sur TMC[1]. NPA Conseil s’intéresse au public de la case, à l’évolution de sa programmation avant d’en analyser les performances.

Qui est devant le téléviseur à 22h30 ?

On observe deux pics d’audience sur une journée type. Le premier s’opère à la mi-journée, le second en Prime Time, avec une courbe pouvant atteindre près de 24 millions de téléspectateurs au mois de septembre 2017, soit deux millions de moins qu’en septembre 2012. Le Prime Time est la seule case enregistrant un tel recul. La deuxième partie de soirée affiche quant à elle une courbe stable, avec une chute du nombre de téléspectateurs naturellement toujours aussi forte.

En cinq années, les changements sont nettement visibles. On observe notamment un vieillissement des téléspectateurs de 3,5 années. En septembre 2017, l’âge moyen enregistré est de 52,7 ans entre 22h30 et 00h30 contre 49,2 ans sur les mêmes période et tranche horaire en 2012. Cette évolution a un effet direct sur la structure du public du Total TV, la part des individus de 60 ans et plus progressant de près de 7 points entre les deux périodes, à 37,9%. À noter qu’en septembre 2012, la part des 60+ équivalait presque à celle des 35-49 ans, alors qu’aujourd’hui, on note un écart de plus de 13 points entre les deux cibles, au profit des seniors.

Une case propice à la rediffusion

En termes de programmation, la deuxième partie de soirée constitue pour certaines chaînes une tranche de rediffusion, les programmes inédits engendrant des coûts bien plus élevés. France 5 programme à cette heure exclusivement des magazines déjà diffusés le jour-même, alors qu’il y a 5 ans, le magazine partageait la case avec le documentaire. Sur M6 ou encore Arte, on observe davantage une reconstruction de la grille plutôt qu’un renouvellement des marques. La part de chaque genre reste globalement identique. Pour la chaîne privée, seule la position dans la grille hebdomadaire évolue : le docu-réalité passe d’une diffusion du mardi au mercredi. TF1 lisse sa grille avec une clarification de sa programmation. Alors que la chaîne combinait les genres il y a 5 ans, elle en consacre un par soir avec une dominante fiction (5 jours sur 7). France 2 a totalement revu sa programmation de deuxième partie de soirée. Alors que la fiction était quasi inexistante de sa grille en septembre 2012, la chaîne consacre 3 soirées au genre, les lundi (série US), mercredi et vendredi (séries FR). Par ailleurs, on observe que sur les chaînes historiques, 56% des programmes proposés sur la case sont des documentaires et de la fiction pour 44% de magazines et divertissement de plateau. Enfin, on note que si la part d’inédits et de rediffusions est globalement équilibrée sur les chaînes historiques (52%/48%), la donne différente sur les chaînes de la TNT. Alors que les séries inédites inondaient la case en septembre 2012, la deuxième partie de soirée se compose aujourd’hui principalement de rediffusions.

En termes de performances, les chaînes historiques privées sont à la peine. TF1 perd plus de 5 points de PdA sur la case au mois de septembre 2017 (vs septembre 2012) à 20% de PdA et M6 passe de 15,2% à 11,7%. Les chaînes historiques publiques quant à elles sont stables voire en légère hausse. Les retraits observés peuvent s’expliquer non pas par l’essor des chaînes de la TNT première génération, quasiment toutes en déclin sur cette case, mais par l’apparition des chaînes de la TNT HD en décembre 2012, qui additionnées, représentent au mois de septembre 2017 près de 9% de PdA.

[1] Source : PureMédias

image_pdfimage_print

Tagged , , ,