Flash

La donnée SPORT INDEX : Droits TV : Quid du sport féminin sur les antennes du service public ?

Après l’annonce le 4 juin dernier par Françoise Nyssen (Ministre de la Culture du 26 mai 2017 au 16 octobre 2018) de la disparition prochaine de France 4 en tant que chaîne de la TNT gratuite, se pose la question du devenir de la diffusion des compétitions sportives qu’elle propose aujourd’hui, dans le sport féminin tout particulièrement (France 2 et France 3 diffusent elles aussi du sport féminin, mais toujours dans le cadre d’une compétition mixte telles que les Jeux Olympiques ou Roland Garros).

Parmi les compétitions féminines qui ont été diffusées par France 4 cette année, on retrouve les affiches importantes de la D1 Féminine de Football (Lyon-Montpellier et PSG-Lyon), la Finale de la Coupe de France de football, la Finale du Championnat de Rugby, les rencontres de la France lors tournoi des 6 Nations ainsi que le premier tour de Fed Cup qui opposa la France à la Belgique.

Au total, en 2018, France 4 a consacré plus du tiers de son temps de diffusion de compétitions sportives aux épreuves féminines (30 :47 sur 92 :24 , soit 33,7%), et près de la moitié du temps d’antenne total consacré au sport féminin par les chaînes nationales de la TNT gratuite (47,7%).

Ces derniers jours, la sénatrice Dominique Grévien (Union Centriste) a interrogé le ministre de la Culture Franck Riester sur le sujet, au travers d’une question écrite. La parlementaire incite le gouvernement à tirer parti de la disparition de France 4 pour « donner un élan » au sport féminin en redéployant les épreuves qu’elle diffuse vers les principales antennes du service public, France 2 et France 3.

Lors de son audition devant l’Assemblée Nationale du 31 octobre 2018 la Présidente de France Télévisions Delphine Ernotte, écartait l’idée d’une alternative linéaire pour les programmes sportifs de France 4, afin de laisser place au numérique et notamment au service FranceTV Sport. Il faudra attendre la réponse de Franck Riester afin de connaître l’issue du débat.

Mais le monde sportif a tout lieu de s’inquiéter du retrait de la TNT d’une seconde antenne nationale publique, France Ô.

Cette dernière est une fenêtre importante pour de nombreuses épreuves et/ou disciplines dites « secondaires », telles que les championnats d’Europe de cyclisme sur piste, les Championnats du monde de natation synchronisée, les Championnats d’Europe d’Aviron, la Coupe du monde de tennis de table, ainsi que des compétitions de sports extrêmes (surf, plongeons, course d’obstacles…), la Coupe du Monde de tir à l’arc ou encore la Coupe de France de hockey sur glace.

Avant de quitter ses fonctions en février dernier, l’ancien directeur général adjoint en charge des programmes de France Télévisions, Xavier Couture, avait préconisé dans un rapport à Delphine Ernotte la transformation de France Ô en chaine dédiée au sport.

A moins de six ans des J.O. de 2024, l’incertitude est totale sur les conditions dans lesquelles l’ensemble des disciplines olympiques pourront faire partager leur marche vers l’évènement.

image_pdfimage_print