Flash

Le Bilan 2018 de l’ARJEL du marché des jeux en ligne

L’Autorité de Régulation des Jeux en Ligne (ARJEL) vient de rendre publics les chiffres du marché agréé des jeux en ligne pour l’année 2018. Pour la deuxième année consécutive, les résultats affichés par ce marché, qui se divise en trois segments (paris sportifs, paris hippiques, poker en ligne), sont en progression à la fois sur le produit brut des jeux (PBJ), le nombre de joueurs, ainsi que sur les mises.

Sur l’ensemble des trois secteurs du marché, le PBJ (qui représente la différence entre les mises des joueurs et les gains versés par les jeux en ligne) a augmenté de 25% par rapport à l’année 2017 pour atteindre 1,205 milliards d’euros.  Le nombre de joueurs connaît également une hausse puisque l’ARJEL a recensé plus de 2,66 millions de parieurs, soit une progression de 40% sur l’année précédente. Du fait de cette forte augmentation, l’ARJEL constate une diminution des dépenses moyennes par joueur, qui s’élevaient à 504€ en 2017 contre 452€ en 2018. Une satisfaction pour l’autorité régulatrice puisque la croissance de ce marché n’est pas dû à une intensification du jeu pouvant nuire à la santé financière des joueurs, mais à l’augmentation du nombre de joueurs.

  • S’agissant des secteurs de jeu, les paris sportifs ont dominé les deux autres segments du marché et pour la première année, le PBJ des paris sportifs est supérieur au PBJ réuni des paris hippiques et du poker en ligne. Les paris sportifs ont connu leur plus forte progression quant aux mises jouées par les parieurs, puisque 3,9 milliards d’euros ont été joués, soit une augmentation de 56% par rapport à 2017 (expliquée surtout par le nombre de paris pour la Coupe du Monde de foot).
  • Le poker en ligne a lui aussi connu une augmentation de ses mises dû à l’internationalisation de ses tables (avec l’Espagne et le Portugal), faisant grimper le total des mises à 4,2 milliards d’euros.
  • Les paris hippiques poursuivent enfin leur rebond : l’augmentation du nombre de parieurs (+12%) ont permis de totaliser un peu plus d’un milliard d’euros de mises et un PBJ de 256 millions d’euros.
image_pdfimage_print