Séries TV : les tendances fortes à l’étranger que l’on retrouvera en France en 2016

Focus sur les tendances des programmes originaux de fiction qui ont été lancés avec succès en 2015 à l’étranger[1] et dont se sont inspirés les producteurs et diffuseurs pour 2016.

Les tendances internationales 2015 de fictions originales sont variées selon les régions du monde et les pays. Pour autant, certains programmes repérés au cours de l’année connaissent déjà une couverture géographique vaste. La France n’y fait pas exception et répond à ces tendances en pariant pour l’année à venir sur des séries ayant réussi à l’étranger, que ce soit en achat ou en adaptation. La tendance des comédies familiales autour de la vie quotidienne repérée notamment en Israël n’est pas visible dans les annonces de lancements français, mais se retrouvera dans de nouvelles saisons de programmes installés. Enfin, malgré des disparités selon les chaînes, la France se distingue par une tendance globale de fortes incarnations des programmes avec des acteurs de séries, téléfilms ou de cinéma reconnus.

Amérique du Nord et Australie : de l’adaptation au prequel
  • L’adaptation d’œuvres variées

Le palmarès des séries lancées en Amérique du Nord et en Australie en 2015 fait apparaître une tendance à l’adaptation d’œuvres – qu’elles soient un roman, un documentaire, une série ou un film. L’Australie et le Canada connaissent ainsi des succès avec des romans adaptés en mini-séries, comme The Book of Negroes (Canada/CBC), adapté du roman de Lawrence Hill racontant l’histoire d’une femme kidnappée par des marchands d’esclaves en Afrique de l’Ouest et envoyée en Caroline du Sud. Aux Etats-Unis, CBS adapte un documentaire avec Code Black, et propose le remake de la série des années 1970 The Odd Couple.

  • Conserver un univers connu

Dans le même esprit, des marques identifiées ou des univers connus sont exploités, de Fear the Walking Dead (AMC) prequel de The Walking Dead, à Winter (Seven) sequel de The Killing Field en Australie, en passant par CSI Cyber (CBS) spin-off de CSI Crime Scene Investigation ou l’adaptation du film Limitless en série. CBS parie également avec succès sur la série Supergirl inspirée du personnage de comics.

aLa production française poursuivra en 2016 l’adaptation de formats, tendance remarquée sur France 2 cet automne : TF1 présentera notamment Sam avec Mathilde Seigner, adaptée de la série danoise à succès Rita, et deux adaptations de formats britanniques, Le Secret d’Elise (Marchlands) et La Main du mal (The Escape Artist). Côté achats, France Ô a commencé la diffusion le 26 décembre de The Book of Negroes et TF1 diffusera le 13 janvier le spin-off de CSI renommé Les Experts Cyber. Arte mise de son côté sur la série finlandaise Au cœur de l’hiver adaptée d’un roman.

Europe : les séries policières et les fictions d’époque à l’honneur
  • Des séries policières revisitées

Les pays européens retrouvent les tenants classiques de la série policière, auxquels s’ajoute une tendance à montrer des enquêteurs liés personnellement à leurs investigations. Dans Black Work (ITV) une policière enquête sur le meurtre suspicieux de son mari dont elle découvre la double vie d’agent sous couverture. Dans Tod eines Mädchens (Death of a girl) (ZDF), une policière d’une petite ville enquête sur le meurtre d’une fillette dont les parents sont des proches, alors que son coéquipier tente d’appréhender l’enquête avec davantage de distance.

  • Des fictions d’époques emblématiques

Plusieurs fictions ancrées dans une époque historique marquante ont été repérées dans les lancements 2015. Par exemple, le drame Tannbach (A village destiny) (ZDF) prend place dans un village allemand à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, et suit plusieurs groupes (prisonniers, nazis, déserteurs) tentant d’y survivre.

La série policière est revisitée en France avec par exemple En immersion (Arte le 7 janvier) montrant un policier célibataire condamné par une maladie, à travers le pari d’une réalisation en noir et blanc.

aEn France, la fiction d’époque en format original n’apparaît pas comme dans les annonces pour 2016. Néanmoins, on peut rappeler un certain attrait pour les fictions d’anticipation comme Trepalium attendue sur Arte, ou Section Zéro d’Olivier Marchal sur Canal+.

Scandinavie : la fiction noire maîtrisée et ouverture aux comédies locales
  • L’investigation en dehors des frontières

En Scandinavie, l’année 2015 voit toujours s’affirmer les fictions noires, à travers des séries d’investigation mettant en scène des enquêteurs venus d’ailleurs comme Murders without Borders (DR1) au Danemark qui suit une équipe de policiers européens face à plusieurs meurtres similaires commis dans différents pays, ou 100 Code (Kanal 5) en Suède dans lequel un policier américain et un suédois doivent collaborer. On remarque aussi des personnages revenant aux sources comme Norskov (TV2) au Danemark : un businessman retourne dans sa ville natale 20 ans après y avoir été acquitté du meurtre de sa petite amie.

  • Les sitcoms et comédies locales

La Scandinavie s’ouvre également aux comédies et sitcoms locales, suivant des personnages ordinaires ou de réelles célébrités dans des aventures fictives, comme Ditte & Louise (DR1) ou Fuckin Fornuftig (TV2 Zulu).

aCanal+ coproduit avec la chaîne suédoise SVT la série Jour Polaire : un Français est tué dans une petite ville de Laponie. Une jeune policière française incarnée par Leïla Bekhti devra s’adapter au climat local. Avec La vengeance aux yeux clairs, TF1 mettra en scène pour sa part Laetitia Milot dans le rôle d’Olivia, qui retourne sur la côte d’Azur pour venger les siens 10 ans après la mort de sa mère et de son frère dans un accident de voiture déguisé en meurtre. De son côté, Arte a acquis les droits de Norskov.

Turquie : des romances et des drames familiaux

La Turquie, pays d’honneur de l’édition 2015 du MIPCOM, se distingue encore par des drames familiaux et des romances. Cette année, les scénarios présentent tout particulièrement une tension entre tradition et modernité : de jeunes héros sont partagés entre leur nouvelle vie et leur famille, à l’instar de l’héroïne d’Adi Mutluluk (This is Happiness) (FOX). Jeune fille discrète d’une petite ville côtière, elle s’inscrit dans une université à Istanbul sans en parler à son père autoritaire, puis décide à l’aide d’un ami de commencer une nouvelle vie. A noter l’ouverture des séries turques aux codes occidentaux, comme le thriller à succès Bandits can’t run the World (ATV), qui suit les pérégrinations d’un mafieux repéré par le gouvernement, vivant également des péripéties familiales lorsque sa femme découvre qu’il a une maîtresse, enceinte.

Israël : les séries d’espionnage et les comédies sur la vie de famille dominent
  • L’espionnage au centre de l’action

L’espionnage dans un contexte international apparaît comme une tendance récurrente des programmes originaux israéliens. False Flag (Channel 2) suit ainsi les vies de citoyens ordinaires qui se trouvent du jour au lendemain dans les médias du monde entier, soupçonnés d’être liés à un crime international. Prix du public de la meilleure série à Séries Mania, elle a été achetée au MIPCOM par Fox International Channels en langue originale.

  • La vie de famille, source de comédies

La fiction israélienne connaît aussi le succès avec des comédies qui s’appuient sur la vie familiale, comme La Familia (Channel 10), qui suit une famille dont les parents décident de consulter pour résoudre leurs problèmes conjugaux.

aCanal+ diffusera False Flag le 7 janvier.

 

_____________________________________________________________________

[1] Ces tendances sont analysées à partir des données de News On The Air (Médiamétrie)