Flash

Nintendo mise sur le mobile et les figurines connectées

Nintendo vient de présenter des résultats mitigés pour l’année 2015, marqués par des ventes de consoles plus faibles qu’attendues. Pour contrebalancer son recul sur le marché des consoles, Nintendo a néanmoins dévoilé à cette occasion ses nouvelles orientations stratégiques. Le groupe de Kyoto a ainsi décidé de poursuivre sa recherche de relais de croissance dans le domaine des figurines connectées et du mobile.

Une baisse des bénéfices due à la faiblesse des ventes de consoles

Nintendo a publié des résultats et prévisions en baisse pour l’exercice 2015-2016. Le groupe pour la période d’avril à décembre 2015 a enregistré une hausse de son chiffre d’affaires (+34%) mais une forte chute de son bénéfice (-31%) par rapport au précédent exercice. Surtout, la semaine dernière, Nintendo a revu à la baisse ses prévisions pour l’exercice complet (avril 2015 – mars 2016). En effet, le groupe anticipe désormais pour l’année complète un chiffre d’affaires de 4 milliards d’euros, inférieur de 9% par rapport à l’exercice 2014-2015, et un bénéfice de 136 millions d’euros en baisse de 40%. Ces prévisions négatives s’appuient sur des ventes plus faibles que prévues de Nintendo 3DS. Le groupe japonais prévoit en effet une baisse de 25% des ventes de sa console portable par rapport au précédent exercice. Les ventes de la Wii U devraient demeurer stables mais sont toujours très faibles comparées à celles de ses principales concurrentes. En 2015, 3,5 millions de consoles Wii U ont été vendues contre près de 16,7 millions de PS4 et 8,5 millions de Xbox One.

Ces résultats ne sont pour autant pas complétement négatifs. Nintendo, comme pour l’exercice 2014-2015, devrait continuer à dégager des bénéfices alors que le groupe affichait des résultats très négatifs entre 2012 et 2014. Ces bénéfices sont dus essentiellement à de bons chiffres de ventes de jeux mais aussi aux bons résultats des figurines connectées « Amiibo » qui apparaissent de plus en plus comme un relais de croissance solide pour le groupe.

Figurines connectées et mobile, nouveaux piliers de la stratégie de Nintendo

En 2015, les jouets connectés ont constitué une des plus grandes réussites de Nintendo. Le groupe a lancé plusieurs dizaines de figurines connectées Amiibo au cours de l’année (80 modèles disponibles fin 2015) ainsi qu’une nouvelle gamme de cartes à jouer connectées autour du jeu Animal Crossing. Cette profusion de jouets connectés s’est révélée payante puisque le groupe a distribué plus de 25 millions de produits Amiibo en 2015, soit plus de 2,5 Amiibo par console vendue au cours de l’exercice.

Face à ces succès, le nouveau PDG de Nintendo, Tatsumi Kimishima, entend poursuivre l’expansion de la gamme de jouets connectés du groupe en 2016. En marge de la présentation de ses résultats, Nintendo a ainsi annoncé de nouvelles gammes de figurines connectées Amiibo pour les mois à venir autour notamment des franchises Smash Bros et Zelda. En outre, le groupe va expérimenter dans les prochains mois au Japon un nouveau modèle économique pour les Amiibo en permettant l’accès gratuit à un jeu exclusif lors de l’achat de certaines figurines. Si cette expérience rencontre le succès, elle pourrait être étendue aux autres marchés. Les produits dérivés connectés devraient donc constituer un des piliers de l’activité du groupe en l’absence de nouvelle console avant la fin de l’année.

Néanmoins, l’annonce la plus fracassante de Nintendo lors de la présentation de ses résultats aura été la présentation d’une gamme d’applications pour terminaux mobiles. Le mobile a longtemps constitué un tabou pour Nintendo qui sous l’impulsion de son ancien PDG, Satoru Iwata, avait toujours refusé de se lancer sur ce marché. L’arrivée d’un nouveau PDG en septembre 2015 a initié un revirement stratégique du groupe. Alors qu’une application dérivée de l’univers Pokémon est disponible depuis l’automne, au moins cinq nouvelles applications pour smartphones développées directement par Nintendo devraient être lancées d’ici à mars 2017. Miitomo, la première de ces applications ne sera pas un jeu mais une sorte de réseau social conçu autour des avatars virtuels des utilisateurs de consoles Nintendo. L’application sera lancée le 16 mars et devrait permettre des synergies entre smartphones et consoles pour les utilisateurs. Tatsumi Kimishima a cependant annoncé que les prochaines sorties seraient des applications de jeux plus traditionnelles autour de héros très populaires de l’univers Nintendo.

L’enjeu du mobile est de taille pour Nintendo. Car si ce marché est désormais incontournable pour les éditeurs, Nintendo ne peut se permettre d’y distribuer trop librement ses licences célèbres qui restent les principaux facteurs d’attractivité de ses consoles. Le groupe japonais devrait sans doute développer sa nouvelle activité mobile comme un moyen d’étendre sa marque au-delà de son cœur de métier historique pour renforcer un peu plus la notoriété de ses franchises et attirer ainsi de nouveaux utilisateurs sur ses consoles.

image_pdfimage_print