Flash

AT&T/Time Warner : les arguments du pour et du contre

AT&T vient de lancer une OPA amicale sur le groupe Time Warner (TW) pour un montant de 85 milliards de dollars. Si cette opération était acceptée par les régulateurs, elle donnerait naissance dès 2017 à un nouveau géant qui suscite autant l’engouement que la suspicion des observateurs.

  • Un rachat sous haute surveillance

AT&T a déclaré que son rapprochement avec Time Warner constituait «att+warner un accord parfait entre deux compagnies aux forces complémentaires ». Néanmoins, malgré cet engouement affiché par les deux groupes, d’autres observateurs ne cachent pas leur scepticisme voire leur inquiétude à l’égard de cette opération. L’accord devrait en effet déboucher sur la création d’une des plus puissantes compagnies médiatiques du monde tant dans le secteur de la création que dans celui de la distribution de contenus. AT&T est en effet le deuxième opérateur mobile américain (142 millions d’abonnés) et le premier opérateur de télévision payante (45,5 millions de clients), tandis que Time Warner est le troisième groupe médiatique mondial.

L’accord doit encore être approuvé par le Department of Justice américain et sans doute par la FCC, mais s’il se réalise, le nouvel ensemble par sa taille modifiera profondément les rapports de force sur le marché audiovisuel et la nature de cet impact est sujette à débat. Partisans et opposants au projet se sont lancés dans une surenchère de démonstrations visant à prouver la dangerosité ou l’opportunité que présente cette opération. Quatre grands axes de conséquences sont débattus par les parties en présence :

  • la distorsion de la concurrence,
  • l’impact sur le consommateur,
  • le bien-fondé du nouveau modèle économique du groupe,
  • les retombées sur la création de contenus
  • Distorsion de la concurrence

Concurrence ATT Time Warner

  •  Impact sur les consommateurs

Consommateur ATT Warner

 

  • Transformation du modèle économique

Modèle économique ATT Warner

 

  • Retombées sur la création de contenus

Création ATT Time Warner

Le précédent du rachat NBCUniversal par Comcast

 En janvier 2011, Comcast est devenu l’actionnaire majoritaire du groupe NBCUniversal. L’opération a été soumise à l’approbation de la FCC qui a imposé à Comcast un certain nombre d’obligations en échange de son accord.

Comcast a ainsi obligation de donner à ses concurrents un libre accès aux contenus NBCUniversal à des conditions et des tarifs acceptables. En outre, Comcast a l’obligation de distribuer les contenus de façon non-discriminatoire sur ses services, sans favoriser donc les contenus NBCUniversal. Enfin, Comcast s’était engagé à baisser progressivement ses tarifs et à proposer un nombre d’options d’abonnement plus importantes à ses abonnés. Cinq ans après ce rachat, le bilan du respect de ces obligations est mitigé.

Si l’accès libre aux contenus NBCUniversal semble effectif, Comcast a été critiqué à plusieurs reprises pour avoir favorisé des chaînes NBCUniversal dans son plan de service. Bloomberg s’est notamment plaint auprès de la FCC des avantages dont bénéficiait la chaîne MSNBC au détriment de sa chaîne concurrente. En outre, les associations de consommateurs ont également critiqué l’application de l’accord par Comcast, constatant que le groupe n’avait pas mis en œuvre ses engagements en termes de baisse des tarifs et de création de nouvelles offres.

image_pdfimage_print