Juridique & Affaires Publiques

PLFR 2016 : adoption de la taxe sur la publicité sur les contenus audiovisuels diffusés en ligne

Malgré l’avis défavorable du Gouvernement, les députés réunis en séance publique hier soir ont adopté deux amendements similaires (N°256 et N°269) au projet de loi de finances rectificative pour 2016 (PLFR 2016) de plusieurs députés socialistes (dont Valérie Rabault, rapporteure générale), visant à intégrer dans l’assiette de la taxe sur les ventes et locations de vidéogrammes et opérations assimilées (taxe vidéo et VàD) les recettes publicitaires et de parrainage de « tout opérateur, quel que soit son lieu d’établissement, proposant un service en France qui donne ou permet l’accès, à titre onéreux ou gratuit, à des œuvres cinématographiques ou audiovisuelles ou autres contenus audiovisuels ».

Le projet de loi de finances rectificatives pour 2016 doit désormais être examiné au Sénat, le 14 décembre en Commission des finances et du 15 au 17 décembre en séance publique.

La taxe sur les ventes et locations de vidéogrammes, régie par l’article 1609 sexdecies B du Code général des impôts, est acquittée, depuis la loi du 18 juin 2003, par les opérateurs de services de de « vidéo à la demande » établis en France qui permettent, moyennant paiement, de visionner sur demande individuelle des œuvres cinématographiques ou audiovisuelles au moyen d’un procédé de communication électronique. Elle est assise sur le chiffre d’affaires, à un taux de 2 % (majoré à 10 % s’agissant des œuvres pornographiques ou d’incitation à la violence).

Si le dispositif adopté  laisse ce taux inchangé, il en élargit l’assiette– aujourd’hui uniquement constituée du prix payé par les utilisateurs- aux recettes publicitaires et de parrainage, ainsi que le champ des redevables en intégrant les opérateurs situés à l’étranger qui diffusent des contenus à destination du public français, et s’applique quel que soit le modèle économique de vidéo à la demande (payant ou gratuit). Il prévoit également, pour tenir compte de la spécificité des contenus audiovisuels comprenant une part importante de contenus amateurs, un abattement de 66%, et exclut les services dont les contenus audiovisuels sont secondaires.

Les auteurs de l’amendement justifient leur démarche par la nécessité d’ « assurer l’égalité de traitement entre les redevables localisés en France et ceux établis à l’étranger ». Une telle extension génèrerait toutefois une augmentation du montant de la taxe VàD d’environ 1 million d’euros seulement,  un rendement marginal dans le financement de la création, comme l’avait précédemment relevé le Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique (CSPLA) dans son rapport « l’économie numérique de la distribution des œuvres et le financement de la création » rendu  en septembre dernier. Constat réitéré par le secrétaire d’Etat au budget Christian Eckert lors des débats d’hier, qui estime que le dispositif proposé ne répond pas là à la question de l’optimisation fiscale agressive. « La taxation des géants numériques se réglera au niveau international», ajoute-t-il. Ce dernier craint par ailleurs que le recouvrement de cette taxe soit « extrêmement aléatoire ».

Ces amendements s’inscrivent dans la lignée de plusieurs initiatives parlementaires visant à renforcer la fiscalité des multinationales du numérique depuis octobre 2016. A l’occasion de l’examen de la première partie du PLF 2017 d’une part, des députés de la majorité, dont la rapporteure générale, ont soutenu la mise en place d’un dispositif similaire, lequel a été adoptée en commission des finances pour finalement être rejeté en séance publique la semaine suivante, sur invitation du Gouvernement. En outre, à l’occasion de l’examen des articles non rattachés de la deuxième partie du PLF 2017, les députés ont adopté un amendement N°II-1085 de M. Galut (SER) qui propose de réintégrer les « profits détournés » par les multinationales dans l’assiette de l’impôt sur les sociétés, et pose le principe d’une territorialisation de l’imposition, en s’attaquant aux prix de transfert abusifs pratiqués par certaines entreprises et en visant, conformément aux préconisations du projet BEPS de l’OCDE, les montages n’ayant pour autre but que d’éluder ou d’atténuer l’impôt dû en France.

 

 

image_pdfimage_print

Evénement à venir

juin

juillet 2020

août
LUN.
MAR.
MER.
JEU.
VEN.
SAM.
DIM.
29
30
1
2
3
4
5
Événements pour juillet

1st

Aucun événement
Événements pour juillet

2nd

Aucun événement
Événements pour juillet

3rd

Aucun événement
Événements pour juillet

4th

Aucun événement
Événements pour juillet

5th

Aucun événement
6
7
8
9
10
11
12
Événements pour juillet

6th

Aucun événement
Événements pour juillet

7th

Aucun événement
Événements pour juillet

8th

Aucun événement
Événements pour juillet

9th

Aucun événement
Événements pour juillet

10th

Aucun événement
Événements pour juillet

11th

Aucun événement
Événements pour juillet

12th

Aucun événement
13
14
15
16
17
18
19
Événements pour juillet

13th

Aucun événement
Événements pour juillet

14th

Aucun événement
Événements pour juillet

15th

Aucun événement
Événements pour juillet

16th

Aucun événement
Événements pour juillet

17th

Aucun événement
Événements pour juillet

18th

Aucun événement
Événements pour juillet

19th

Aucun événement
20
21
22
23
24
25
26
Événements pour juillet

20th

Aucun événement
Événements pour juillet

21st

Aucun événement
Événements pour juillet

22nd

Aucun événement
Événements pour juillet

23rd

Aucun événement
Événements pour juillet

24th

Aucun événement
Événements pour juillet

25th

Aucun événement
Événements pour juillet

26th

Aucun événement
27
28
29
30
31
1
2
Événements pour juillet

27th

Aucun événement
Événements pour juillet

28th

Aucun événement
Événements pour juillet

29th

Aucun événement
Événements pour juillet

30th

Aucun événement
Événements pour juillet

31st

Aucun événement

Twitter NPA Conseil