Juridique & Affaires Publiques

Sénatoriales : point d’étape sur les candidatures des spécialistes des médias et du numérique

Le 19 juin dernier, Emmanuel Macron a chargé François Patriat, sénateur PS de la Côte d’Or, de lancer une consultation afin de former un groupe La République En Marche en vue des prochaines élections sénatoriales de septembre. Le groupe a été officiellement dévoilé hier lors d’une conférence de presse au Sénat. Il comprend pour l’instant 25 membres venant de tous les horizons politiques, parmi lesquels André Gattolin, spécialiste du secteur audiovisuel.

NPA Conseil fait le point sur les candidatures des sénateurs sortants concernés par le renouvellement à venir.

Plusieurs sénateurs spécialistes des médias et de l’audiovisuel ont déjà annoncé leur candidature. Parmi eux, David Assouline (PS), personnalité politique très impliquée sur les questions audiovisuelles, a déjà fait part de sa volonté de se représenter en assurant que ce serait son dernier mandat. Il possède actuellement un des huit sièges que la gauche détient à Paris. Colette Mélot (LR), notamment à l’origine de la proposition de résolution sur la réforme européenne du droit d’auteur et Vice-présidente de la commission de la culture, se représentera également et briguera son troisième mandat.

Pierre Laurent, sénateur communiste auteur d’une proposition de loi récente relative à la protection du jeune public face aux effets de la publicité télévisuelle, a lui aussi laissé entendre qu’il se représenterait à sa propre succession : « j’essaie de renouveler mon mandat », a-t-il déclaré. C’est également le cas de sa collègue Brigitte Gonthier-Maurin, également Vice-Présidente de la commission culture.

André Gattolin (EELV), qui est à l’origine du rapport sur le « nouveau modèle de financement de l’audiovisuel public : trois étapes pour aboutir à la création de « France Médias » en 2020 » et de la loi visant à supprimer la publicité dans les programmes jeunesse à la télévision publique adoptée en décembre dernier, se représentera sous l’étiquette La République En Marche. C’est aussi le cas du sénateur Yves Rome (PS), Président du « groupe d’études communications électroniques et postes ». Il est engagé dans la lutte contre la fracture numérique en France et a été rapporteur de la commission des affaires économiques pour la loi pour une République numérique.

Certains sénateurs n’ont pas encore fait d’annonce quant à leur candidature. Parmi eux, l’on retrouve Louis Duvernois (LR), ancien membre du conseil d’administration de France Médias Monde et Jacques Legendre (LR), ancien Président de la commission de la commission de la culture, de l‘éducation et de la communication.

D’autres sortants ont pour leur part fait le choix de ne pas se représenter. C’est notamment le cas de Marie-Christine Blandin, ancienne Présidente de la commission culture mais aussi de Corinne Bouchoux (EELV), qui avait été rapporteure sur la proposition de loi écologiste relative à la suppression de la publicité commerciale dans les programmes jeunesse de la télévision publique, et Michèle André (PS), actuelle présidente de la Commission des finances, qui a décidé, après seize ans passés au Sénat, de retirer sa candidature.

image_pdfimage_print