Flash

BILAN TV 2017 – Les tendances éditoriales de la fiction et du flux

Alors que l’année 2017 touche à sa fin, avec des grilles de programmes bombardées de téléfilms et jeux de Noël, de programmes événementiels, de Miss France et autres réjouissances hivernales, NPA propose un 1er bilan des tendances éditoriales qui ont marqué l’année.       

La fiction, une priorité pour les chaînes de télévision

Historiques comme TNT, les chaînes ont toutes développé leur offre fiction ambitieuse. Acquisitions pointues ou productions originales, les séries sont « événementialisées », les comédies se raccourcissent, les thématiques se diversifient : la fiction est devenue la pierre angulaire de la programmation des chaînes. Et la tendance le confirme : les programmes français se vendent de mieux en mieux à l’étranger. L’étude annuelle sur ce sujet de TVFI et du CNC révèle des chiffres au plus haut en 2016 (augmentation des exportations audiovisuelles de près d’un tiers), grâce aux chiffres d’exportation de l’animation (+48,1%) et de la fiction (+20,8%).

Du point de vue de la variété des genres de films diffusés, les chaînes de la TNT,

plus nombreuses, et aux cibles plus variées, proposent un vaste choix de thématiques abordées, avec une prédominance pour les comédies. En revanche, côté chaînes historiques, le triptyque Comédie / Policier / Drame reste dominant, année après année.

Genres des films diffusés en prime time en 2017 (volume de titres)

                 Chaînes historiques                                                                                 TNT et TNT HD

La fiction sous anti-dépresseurs

Concernant les séries, en 2017 comme les années précédentes, ce sont les chaînes historiques qui donnent la priorité aux nouveautés. Les chaînes de la TNT n’hésitent plus à récupérer des séries puissantes en deuxième main (Demain nous appartient sur HD1 par exemple).

En terme

s de genres de séries, les chaînes historiques s’autorisent davantage de nouvelles fictions humoristiques. Alors que TF1 continue de proposer des séries policières toujours plus complexes dans leur écriture (La Mante, Le Tueur du Lac, Dans l’ombre du tueur, etc.), France Télévisions et M6 font une incursion dans les fictions qui misent sur l’humour : pour France Télévisions avec des marques phares renouvelées comme Fais pas ci fais pas ça (désormais terminée), Dix pour cent et des nouve

autés comme Dead Landes ou On va s’aimer un peu beaucoup, pour M6, qui a largement réinvesti en 2017 dans la fiction française, avec de nouvelles séries humoristiques comme Commissariat central, Quadras, Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux (à venir). A noter enfin qu’Arte a proposé en 2017 un grand éclectisme dans ses fictions : science-fiction, polar, familial. Sur les chaînes de la TNT, le genre policier est largement sollicité dans les grille de prime time, mais la grande diversité des genres de série les distingue de leurs grandes sœurs. (Note : le genre « Autre » regroupe les séries médicales, de science-fiction, historiques, familiales, romantiques).

       Genres des séries diffusés en prime time en 2017 (volume d’épisodes)

             Chaînes historiques                                                                               TNT et TNT HD

        Source : NPA sur données Médiamétrie

 

Les genres qui demeurent dominants en fiction TV et qui ont le plus de chances de s’exporter sont le polar et le drame familial. Le « polar » au sens historique du genre continue d’envahir l’écran sous des formes toujours plus hybrides :

  • au sein des polars, les séries autour d’un meurtre unique se multiplient avec souvent un regard non pas uniquement sur la cause mais sur les réactions des personnages (Ex : La Forêt, Glacé).
  • au sein des séries policières, le statut de l’enquêteur évolue, avec de plus en plus de « non policiers » menant l’enquête (Ex : Beau Séjour)
  • les drames familiaux se déclinent sous toutes ses formes (Ex : La Mante).

 

 

En termes d’audiences en prime time, le classement est sans appel : la fiction française a pris ses marques et les fictions policières sont les grandes gagnantes de cette année 2017. Une mention particulière pour France 3 qui se fait remarquer cette année avec ses fictions françai

ses (Capitaine Marleau, Meurtres à, La Forêt). Côté cinéma, la levée de couleurs est également de circonstance pour les films français qu’ils soient récents ou anciens (1966 pour La Grande Vadrouille).

Top 10 des audiences des fictions (épisodes) diffusées entre 21h et 22h30 entre le 1er janvier et le 26 novembre 2017 (PdA en % – Audiences consolidées)

Séries                                                                                                        

Cinéma

 Source : NPA sur données Médiamétrie

A noter enfin dans les événements marquants de l’année 2017, l’arrivée de Demain nous appartient en access sur TF1. Installée pendant l’été sur une case habituellement occupée par du jeu, la fiction produite par Telfrance a dû faire ses preuves à un horaire (19h30) particulièrement difficile car très concurrentiel. Après un démarrage puissant pendant l’été, DNA s’est par la suite stabilisé pour réaliser au global une moyenne de 18,2% de PdA sur les 4+ [1], ce qui a incité la chaîne à prolonger sa diffusion jusqu’en mars[2].

 

Le jeu : les chaînes historiques plus actives que la TNT

Du 1er janvier au 26 novembre 2017, ce sont 4 249 heures de jeux qui ont été diffusées rien que sur les chaînes

historiques, soit déjà 218 de plus par rapport à l’année précédente entière. Ainsi, malgré la disparition du jeu en Access de TF1, The Wall étant remplacé par Demain nous appartient sur la case, le genre du jeu est revenu en force sur les chaînes historiques, notamment ceux dédiés à la culture générale à l’image de Tout le monde a son mot à dire sur France 2 diffusé à 18h depuis le 19 avril. L’émission réalise en moyenne depuis le début de l’année 5,4% de PdA 4+ pour 577 000 téléspectateurs en moyenne. C’est également France 3 qui a gonflé son offre de jeux dédiés à la culture générale sur sa case du dimanche après-midi avec 8 chances de tout gagner et Trouvez l’intrus depuis octobre 2016.

Quant aux jeux du midi, Les douze coups de midi (TF1) ne s’est jamais aussi bien porté avec 34,2% de PdA en moyenne sur l’année, soit une augmentation de 1,9 pt par rapport à 2016, notamment grâce aux victoires enchaînées du champion Christian Quesada en début d’année. En contrepartie, Tout le monde veut prendre sa place (France 2) perd 1,6 pt de PdA 4+ en un an.

Les chaînes TNT ont en revanche connu une nette diminution du nombre d’heures consacrées aux jeux en un an. Depuis le 1er janvier, ce sont 1 597 heures de jeux qui ont été diffusées contre 2 814 sur la même période (1er janvier – 26 novembre)[3]. Cette baisse importante vient notamment de la déprogrammation des contenus dédiés au poker de NRJ12 comme La maison du bluff ou K.O Poker en night time l’année précédente, mais aussi de certains échecs enregistrés sur C8 la saison passée qui n’ont pas été renouvelés comme Still standing ou Big Buzz Quizz. La chaîne a alors essayé de nouveaux formats de jeu, tels que le jeu d’aventure avec Cash Island, ou du dating avec C’est que de l’amour sans le succès escompté. Remake d’Une famille en or, Family Battle diffusé sur la case de TPMP le vendredi n’a pas su convaincre, sa dernière diffusion le 24 novembre n’ayant enregistré que 2,2% de PdA 4+ pour 425 000 téléspectateurs en moyenne sur les 3 épisodes à la suite. En revanche, C8 peut compter sur Guess my age, jeu à succès présenté par l’un des chroniqueurs de la bande de Cyril Hanouna : Jean-Luc Lemoine. Diffusé cette année en Access le dimanche ainsi que quotidiennement au mois d’août, le jeu a attiré 375 000 téléspectateurs en moyenne (2,1% de PdA) sur l’année 2017. Depuis la rentrée de septembre, le jeu n’a cependant fait l’objet que d’une seule diffusion le 27 octobre, de 21h à 4h45 du matin.

Cyril Hanouna a par ailleurs annoncé cette semaine le développement d’un nouveau jeu intitulé Le Scoumoune dont le principe est d’élire le « meilleur Scoumounard » du public présent en plateau après différents happenings.

Le match de l’Access : Quotidien prend de l’ampleur

Depuis le 1er janvier 2017[4], le match des talk-shows d’Access est remporté par C8 grâce à Touche pas à mon poste et à ses déclinaisons face à TMC et Quotidien. En effet, l’émission de Cyril Hanouna culmine à 1,21M de téléspectateurs en moyenne pour 5,4% de PdA 4+, quand le show de Yann Barthès le talonne à 1,15M de tvsp (5,1% de PdA). Cependant, depuis la rentrée du 4 septembre, Quotidien, qui a décidé de garder la même formule que la saison précédente exceptée une plus grande mise en avant des chroniqueurs via des séquences dédiées en deuxième partie d’émission, est passé premier avec 1,19M de téléspectateurs pour 5,3% de PdA 4+. Malgré la refonte du format de TPMP avec de nouveaux chroniqueurs mais aussi un séquençage plus prononcé de l’émission facilitant la viralisation des rubriques sur Internet, le divertissement génère 4,8% de PdA 4+ (1,07M de tvsp). Ayant entendu les critiques sur le virage pris depuis quelques années par Touche pas à mon poste vers le pur divertissement et s’éloignant de son ADN d’origine d’émission dédiée aux médias, C8 diffuse en amont C’est que de la télé présenté par Julien Courbet où l’actualité médiatique est débattue de façon plus sérieuse. En moyenne, le programme réalise 2,9% de PdA sur les individus âgés de 4 ans et plus pour 409 000 téléspectateurs.

Alors que Quotidien et TPMP ont pris la tendance de l’infotainment, L’info du vrai présenté par Yves Calvi sur Canal+, présente une approche différente avec un traitement plus sérieux de l’actualité. A l’inverse des shows de la TNT qui ont développé des pastilles courtes, l’émission est divisée en 3 ou 4 parties : L’info du vrai pour un débat politique entre invités / L’info du vrai – Culture / L’info du vraiL’évènement pour un focus sur un point d’actualité suivi d’un débat, chacune d’une durée comprise entre 15 et 45 minutes. Depuis la rentrée, l’émission réunit en moyenne 164 000 téléspectateurs pour 0,9% de PdA 4+ (toutes parties de l’émission confondues), soit un meilleur score que le Grand journal en 2017 (123 000 tvsp pour 0,6% de PdA).

Quant à C à vous sur France 5, l’arrivée d’Anne-Elisabeth Lemoine en remplacement d’Anne-Sophie Lapix a permis au programme de rester stable en termes d’audiences avec une formule inchangée : 4,6% de PdA4+ sur les 2 périodes et 22 000 tvsp supplémentaires en moyenne à 892 000 depuis septembre. France 4 mise également sur Alex Goude pour incarner son nouveau programme quotidien diffusée en Access avec Défis cobayes à l’antenne depuis le 30 octobre.

L’incarnation des chaînes par les animateurs

Depuis la rentrée, le France Télévisions est très actif pour que ses animateurs incarnent au mieux les chaînes du groupe. Avec l’arrivée de Faustine Bollaert et Daphné Bürki, celles-ci incarnent avec Sophie Davant, le renouveau des après-midis de France 2 de 14h à 17h. Sur cette tranche horaire, France 2 gagne ainsi 0,7 point de PdA depuis la rentrée à 7% par rapport à la période janvier-juin 2017. L’incarnation, c’est également sur cette politique que s’est engagée France 3, notamment en confiant l’animation de Thalassa à Fanny Agostini. Quittant sa case hebdomadaire historique du vendredi soir, l’émission est désormais diffusée sur la case dédiée aux magazines-documentaire le lundi soir, en alternance avec Faut pas rêver et une offre cinéma. C’est également Tout le sport en quotidienne sur France 3 qui a vécu un changement d’animation, Henri Sannier ayant quitté l’émission après de 20 ans de présentation, pour être remplacé par Thomas Thouroude. Enfin, alors que France 4 diffusait en Access Une saison au zoo la saison précédente, la chaîne a pris le pari de diffuser l’émission de vulgarisation scientifique Défis cobayes depuis le 30 octobre, incarnée par Alex Goude, lui qui présentait déjà Scientastik les samedis de septembre et octobre.

Ex-incarnant des matinées de France 2, William Leymergie tente désormais de briller sur C8 avec son magazine d’actualité William à midi. Reprenant la case occupée la saison précédente par La nouvelle édition, le magazine peine encore à trouver son public avec 1,2% de PdA 4+ en moyenne, alors que l’émission de Daphné Bürki réalisait 1 point supplémentaire de janvier à juin de cette année.

Sauf mention contraire, les données d’audience sont toutes calculées sur la période 1er janvier-26 novembre 2017 / audience consolidée.

Source : Médiamétrie

[1] NPA sur données Médiamétrie. Audiences consolidées.

[2] Source : PureMedias, 18 novembre 2017

[3] Sur données Médiamétrie, incluant les jeux de plateau et la télé-réalité, été inclus.

[4] Période juillet-août exclue.

image_pdfimage_print