Flash

Baromètre du Numérique : la part grandissante des appareils et usages mobiles

Les résultats de l’édition 2017 du Baromètre du Numérique[1] ont été dévoilés le 27 novembre dernier. Une étude de référence riche en enseignements qui permet de faire le point chaque année sur les habitudes numériques des Français. Un document d’autant plus intéressant qu’il dispose d’un historique conséquent (2007) et permet de souligner les changements survenus au cours de la dernière décennie. A cette occasion NPA propose de revenir cette semaine sur la star de cette édition 2017, le smartphone.

Le smartphone s’est imposé comme un incontournable

Dix ans après la commercialisation du premier iPhone, appareil emblématique qui a redéfini le marché du téléphone mobile et participé à la révolution des usages numériques, le smartphone a très largement envahi le quotidien des Français. En seulement quelques années, il s’est imposé comme un élément incontournable : près des trois quarts des Français âgés de 12 ans+ en sont équipés en 2017 (73%). Son rythme d’adoption est fulgurant avec un taux de pénétration en progression de 8 points par rapport 2016 (65%) et de 56 points par rapport à 2011 (17%), année de première mesure de cette pénétration par le CREDOC.

L’excellente dynamique du smartphone lui permet de s’accaparer progressivement le marché des terminaux mobiles, au détriment des mobiles « classiques ». Depuis 2014, il est le modèle de téléphone portable le plus répandu (écart de 3 points entre les deux types de terminaux cette année-là) et ne cesse de conforter sa position dominante chaque année (écart de 52 points avec le téléphone mobile traditionnel en 2017).

Évolution du taux d’équipement des Français en téléphone mobile / population 12 ans+ ; en %

Source : NPA Conseil sur données du Baromètre du Numérique 2017

Si les appareils nomades affichent une dynamique de progression soutenue d’une année sur l’autre – les tablettes, au-delà de l’adoption massive des smartphones, étant aujourd’hui présentes dans près d’un foyer sur deux (44%) – les équipements fixes amorcent une phase de recul. Le téléphone fixe continue ainsi de perdre du terrain face au téléphone mobile avec une présence dans 86% des foyers français, en recul de 2 points en un an. A l’inverse, la part de Français âgés de 12 ans+ équipés d’un téléphone mobile (« classique » et smartphone cumulés) est en légère hausse (+1 pt en un an). Des différences apparaissent cependant en fonction des tranches d’âge. La totalité des 18-24 ans et 98% des 25-39 ans sont en effet équipés d’un téléphone mobile alors que cette proportion tombe à 76% chez les 70 ans et plus.

Le smartphone prend de plus en plus de place dans le quotidien

Les écarts entre téléphones mobiles (smartphones inclus) et fixes sont encore plus importants dès lors que l’on ne raisonne plus en termes d’équipement mais d’usage : 4 Français interrogés sur 5 déclarent ainsi utiliser leur téléphone mobile quotidiennement contre moins d’un tiers pour le téléphone fixe (27%). Le smartphone est de loin l’outil numérique le plus utilisé au quotidien à 68%, il devance l’ordinateur à domicile (53%) et la tablette (21%).

Appareils les plus fréquemment utilisés / population 12 ans+ ; en %

Source : NPA Conseil sur données du Baromètre du Numérique 2017

Le smartphone arrive également en tête des terminaux les plus utilisés pour se connecter à internet (48% des individus interrogés). Les Français le placent devant l’ordinateur (38%) et la tablette (7%). Si le smartphone a conquis les plus jeunes, l’ordinateur reste en revanche le point d’entrée le plus utilisé pour accéder à internet chez les plus de 40 ans.

La généralisation des smartphones s’accompagne d’un essor des principaux usages digitaux en mobilité : chaque pratique affiche en effet une progression qui oscille entre +7 et +11 points par rapport à 2016. Près des deux tiers des Français utilisent aujourd’hui leur smartphone pour naviguer sur internet, 60% pour consulter leurs mails, 55% pour télécharger des applications (gratuites ou payantes) et 44% pour visionner des vidéos. Les messageries instantanées[1] ont également le vent en poupe : 43% des Français y ont recours pour échanger des messages textes, 31% pour passer des appels.

En restreignant les observations à la population équipée d’un smartphone, les taux de pratique des différents usages sont mécaniquement plus élevés : 85% des possesseurs de smartphone naviguent sur internet, 79% consultent des mails, 73% téléchargent des applications et 59% regardent des vidéos. L’écart est lui aussi très net en ce qui concerne l’utilisation des messageries instantanées puisque plus de la moitié des Français disposant d’un smartphone (56%) échangent des messages textes via ces services et que 41% s’en servent pour téléphoner.

Une étude récente de comScore portant sur les usages mobiles à travers le monde permet de compléter les résultats de la dernière édition du Baromètre du Numérique. Il ressort notamment qu’en termes d’usages, ce sont les applications qui concentrent l’essentiel du temps passé sur mobile avec 87% de la durée totale contre 13% pour le web mobile. Autre enseignement important, le marché français est dominé par un faible nombre d’applications : le top 30 des applications compte pour près de la moitié du temps total passé sur mobile (46%).

Évolution des usages sur téléphone mobile / population 12 ans+ ; en %

Source : NPA Conseil sur données du Baromètre du Numérique 2017

L’étude détaillée des usages par support, si elle atteste du poids grandissant du smartphone dans la vie numérique des Français, témoigne également de la forte complémentarité entre les différents appareils avec certains usages qui restent spécifiques à chaque écran. Si le smartphone est aujourd’hui le terminal privilégié pour participer aux réseaux sociaux (61%) et jouer en ligne (43%), il est revanche devancé par l’ordinateur pour le visionnage de vidéos (écarts de 6 pts entre les deux supports) et nettement distancé par ce dernier pour l’envoi de mails (25 pts d’écart), pour la réalisation d’achats en ligne (44 pts) et pour l’exécution de tâches de travail (60 pts). A l’exception du visionnage de vidéos, pratiquement à l’équilibre entre les deux types d’écran, la distinction est très claire entre smartphone, terminal utilisé prioritairement pour des activités de loisirs et de divertissement, et l’ordinateur, privilégié pour des tâches moins ludiques. Quelles que soient les pratiques étudiées, la notion d’âge a là encore une influence majeure sur l’équipement le plus utilisé : les tranches de population les plus jeunes ont un usage plus massif du smartphone.

Équipement le plus utilisé par activité / population 12 ans+ ; en %

Source : NPA Conseil sur données du Baromètre du Numérique 2017

[1] Messageries instantanées de type WhatsApp, Viber, Hangouts, etc.

[1] L’ARCEP, le CGE et l’Agence du Numérique publient chaque année le Baromètre du Numérique, réalisé par le CREDOC. Les résultats reposent sur les réponses de 2 209 individus interrogés en face à face en juin 2017, sélectionnés selon la méthode des quotas, afin de témoigner de l’évolution des pratiques numériques des Français âgés de 12 ans et plus.

image_pdfimage_print