Article Offert

Détermination des chaînes TNT à réinventer leurs services pour les enfants

Dans l’objectif de conserver une bonne exposition auprès de la cible des enfants, les groupes audiovisuels investissent massivement dans la transformation des programmes dédiés aux plus jeunes. La BBC s’inscrit notamment dans ce mouvement afin de suivre les usages de son public.

Les chiffres qui montrent la baisse des audiences TV chez les plus jeunes[1] ne sont pas démentis par les chaînes de télévision. Elles s’adaptent en conséquence et ont compris le challenge qui consiste à les attirer par une autre approche, le numérique notamment.

La BBC installe ses applications jeunesse

Au Royaume-Uni, la BBC avait précisé dans son plan annuel en mars 2018 que les enfants passaient maintenant plus de temps à utiliser les services de streaming que la totalité des émissions de télévision et de radio de la BBC[2]. Le groupe public avait ainsi admis l’évolution très rapide de l’usage de la télévision par les enfants.

Dans un premier temps, le groupe BBC a lancé « Own it » en décembre 2017, une nouvelle plateforme dédiée aux enfants de 9 à 12 ans. L’objectif affiché est d’aider les enfants à « tirer le meilleur parti de leur vie numérique, de manière sécurisée, amusante et créative ». Avec un investissement de 38 millions d’euros sur trois ans consacrés à la plateforme, le groupe audiovisuel public anglais lancera cette fois-ci début 2019 son application « Own it » qui aidera les enfants à faire leurs premiers pas en ligne et sur les réseaux sociaux et leur permettra de vivre une expérience saine dans le monde numérique (sujets de prévention, réponses aux problématiques numériques, etc.).

Déjà, en octobre, la BBC avait lancé une nouvelle application pour sa chaîne pour enfants (cible 3 à 5 ans), CBeebies. Intitulée « Get Creative », l’application propose quatre expériences de créativité couvrant la peinture magique, la fabrication de jouets, le dessin sonore et la narration. En avril 2018, la BBC a également lancé une application pour enfants, cette fois-ci en lien avec le public de CBBC (6 à 12 ans) : « CBBC Buzz » permet aux enfants de parcourir un flux de vidéos ultra-courtes, des fichiers GIF, des questionnaires et des mèmes tirés des émissions et des sujets de la chaîne CBBC. Les enfants peuvent également interagir en prenant part à des défis (avec la permission d’un parent).

Royaume-Uni : applications jeunesse des chaînes gratuites

Source : NPA Conseil

Il ne s’agit donc plus pour les applications jeunesse d’être uniquement des « robinets à vidéos » : les enfants peuvent se créer des profils individualisés, faire preuve de créativité (création de jouets, possibilité de se créer des avatars, etc.). En effet, les créateurs de contenus ne sont plus restreints à la diffusion du programme sur une case horaire, ils peuvent également développer leur capacité créative en lien avec des contenus pour enfants sur des plateformes en lignes.

A noter par ailleurs la demande de l’OFCOM faite aux chaînes commerciales gratuites, ITV, Channel 4 et Channel 5, de revitaliser leur offre de programmes dédiée à la jeunesse d’ici mars 2019 (seulement 47 heures de programmes jeunesse sur ITV en 2017), via notamment des propositions innovantes sur le numérique.

La présence des chaînes françaises de la TNT malgré une concurrence difficile 

En France, en termes de visibilité, les chaînes gratuites font face à une concurrence accrue de la part des services SVOD d’une part et des chaînes payantes spécialisés dans les contenus jeunesse d’autre part. En effet, ces dernières sont largement présentes sur de nombreux bouquets des opérateurs télécoms : Boing est présente sur 11 offres, Cartoon Network sur 12, Tiji sur 13, Disney Channel sur 18, Nickelodeon sur 12, Boomerang sur 11, Toonami sur 12[3]. Leur présence se double d’un aspect premium puisque ces chaînes, à l’exception de Disney Channel, sont toutes majoritairement disponibles via une option payante. Du côté des services SVoD, la variété des contenus jeunesse joue dans leur attractivité : le genre représente, en nombre d’épisodes, un volume de 40% des vidéos disponibles sur les plateformes. Début novembre, l’offre jeunesse représentait 3 700 heures uniquement sur Netflix quand l’offre linéaire des chaînes gratuites représentait 870 heures en octobre 2018[4]. Ainsi, les chaînes gratuites qui proposent des contenus jeunesse doivent se démarquer sur ce segment encombré.

Gulli a lancé par exemple une nouvelle version de son application gratuite Gulli, sans publicité, avec la possibilité d’accéder directement à GulliMax, l’offre SVoD de Gulli. Une nouvelle plateforme consacrée à la jeunesse devrait également voir le jour en remplacement de France 4. Mais qu’en sera-t-il des applications Ludo et Zouzous ? TF1 quant à elle se contente de TFou Max, une plateforme de SVoD consacrée aux contenus jeunesse. Enfin, Canal+ a lancé le 23 juillet 2018, MyCanal Kids qui devrait permettre aux enfants d’avoir, dans un espace sécurisé, un accès personnalisé : contrôle de la durée d’écoute, recommandation de programmes et création de playlists personnalisées.

France : applications jeunesse des chaînes gratuites

Source : NPA Conseil

[1] Insight NPA : Baisse significative de la Durée d’Ecoute Individuelle (DEI) en TV depuis août 2018

[2] Source : BBC Media Center

[3] Source : NPA Conseil – Relevé trimestriel du 3ème trimestre 2018 des plans de service

[4] Source : NPA Conseil – Baromètre de l’offre SVoD

image_pdfimage_print