Flash

A la bourse des transferts, le marché dévisse. Pas les salaires

Cet été, sur le marché des transferts, les clubs de la Ligue 1 ont investi deux fois moins (un peu plus de 400 millions d’euros, contre 800), qu’une saison auparavant, mais dans le même temps, les bénéfices des cessions de contrat ont diminué du triple, de 900 à 300 millions environ. Le phénomène ne se limite pas à la France, mais c’est là que la baisse est la plus significative, dans le « Big 5 » européen. Or, le trading est pour les clubs nationaux, l’un des rares moyens de rester compétitifs face à la concurrence européenne, puisque les revenus, de l’audiovisuel, commerciaux ou de la billetterie, y sont globalement inférieurs.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Veuillez utiliser le formulaire pour vous connecter

Vous souhaitez être abonné ? envoyez nous un email

Vous avez oublié votre mot de passe ?

image_pdfimage_print