Flash

Le cinéma à deux vitesses est déjà une réalité

Si le nouveau décret SMAD va permettre de faire entrer les plateformes dans le système de financement et de chronologie traditionnel du cinéma français, elles n’en poursuivront pas moins leur stratégie d’investissement dans d’autres œuvres locales à caractère cinématographique qui ne sortiront pas en salles mais seront diffusées en exclusivité. Celles-ci seront alors comptabilisées dans les obligations d’investissement dans l’audiovisuel et non pas dans le cinéma.C’est le principe même de la chronologie des médias et donc de la définition d’une œuvre cinématographique qui est déstabilisé.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Veuillez utiliser le formulaire pour vous connecter

Vous souhaitez être abonné ? envoyez nous un email

Vous avez oublié votre mot de passe ?

image_pdfimage_print