Episode 6 – Delphine Ernotte, Présidente de France Télévisions et de l’UER

Le 15 avril 2021 marquait la 1000e parution de la note de veille INSIGHT NPA. Pour l’occasion 22 contributeurs exceptionnels partagent leur vision des enjeux clés de l’Horizon 2030.

L’alliance ou la vie

« Quelle place occuperont les groupes de télévision, souvent qualifiés d’ « historiques » ou de « traditionnels », dans le paysage médiatique de 2030 ? Nul ne peut prédire l’avenir, mais la montée en puissance des géants du numérique indique l’imminence d’un point de bascule. Si la télévision conserve une place à part, comme l’a révélé la hausse des audiences depuis le début de la crise, elle risque bel et bien de se faire distancer tant la force de frappe déployée par nos concurrents d’envergure mondiale est considérable.

Ce risque n’a pourtant rien d’une fatalité : en nous alliant, nous pouvons rester des médias de référence pour tous les publics. Cette conviction, je la porte à la tête de France Télévisions depuis plus de cinq ans.

« En nous alliant, nous pouvons rester des médias de référence pour tous les publics »

Elle est notamment à l’origine de la création de Salto. Il y a quelques années encore, cette alliance entre éditeurs publics et privés aurait relevé de l’utopie la plus complète. Parce que nos programmes doivent pouvoir rivaliser avec les créations les plus ambitieuses des plateformes américaines, demain chinoises, France Télévisions mutualise aussi de plus en plus de moyens, avec ses homologues publics européens, pour produire des fictions prestigieuses, comme Léonardo ou Germinal, bientôt disponibles sur tous les écrans. Je souhaite aller plus loin, en intégrant d’autres services publics européens à ces projets de coproduction, dans le cadre de l’Union européenne de radiodiffusion que j’ai l’honneur de présider depuis le 1er janvier.

Urgent d’alerter tous ensemble du risque majeur de désintermédiation que font peser les plateformes

Il est également urgent de faire front commun pour défendre une régulation équitable de l’espace numérique européen. Les réflexions en cours à Bruxelles sont déterminantes pour l’avenir de tous les acteurs locaux : diffuseurs publics comme privés, producteurs, distributeurs. Surmontons nos vieilles querelles ! Il est urgent d’alerter tous ensemble du risque majeur de désintermédiation que font peser les plateformes. Notre capacité à toucher notre public ne doit pas dépendre de leurs pratiques de référencement, de recommandation ou de contrôle de la data. Par une régulation efficace, nous devons garantir à tout internaute, comme à tout téléspectateur, un accès universel aux offres, protéger nos marques et notre patrimoine.

Face à l’offensive des géants du numérique, la stratégie d’alliance des acteurs locaux est incontournable. C’est tout simplement la souveraineté culturelle et technologique européenne qui en jeu. »