Flash

La Freebox Mini 4K renforce Android TV

Xavier Niel a présenté la semaine dernière la nouvelle Freebox Mini 4K qui incarne désormais l’entrée de gamme du groupe Free à la place de la Freebox Crystal. Freebox Mini 4K est proposée au tarif mensuel de 29,99€ contre 37,98€ pour la Freebox Revolution qui sera remplacée par une Freebox V7 à la fin de l’année. Cette différence de 8€ s’explique par l’absence des appels vers mobiles dans l’offre mensuelle et surtout par un coût de production beaucoup moins important puisque la Freebox Mini ne propose ni lecteur Blu-ray, ni disque dur, ni boîtiers CPL, ni manette de jeux. Mais les deux aspects les plus importants sont la compatibilité avec le format Ultra-Haute définition (4Kp60 10-bit HEVC) et l’intégration d’Android TV dans le boîtier Player (le boîtier Server, la partie Modem, reste gérée par FreeboxOS).

Pourquoi c’est important ?

Après SFR et surtout Bouygues Telecom dont la Bbox Miami est en concurrence directe avec la Freebox Mini 4K, Free choisit à son tour de proposer une box sous Android. Mais, alors que Miami a été développée autour de l’ancienne solution Google TV, qui n’existe plus aujourd’hui, Freebox Mini est le premier boîtier à adopter en France le nouvel OS Android TV. La différence est de taille car la première solution permet à l’opérateur de développer sa propre interface et de gérer de manière autonome les différents niveaux de référencement des contenus alors qu’Android TV n’accepte aucune surcouche opérateur. Alors que Bouygues a développé une interface lui permettant de contrôler lui-même les services interactifs qu’il met en avant (services de vidéo à la demande, télévision de rattrapage…), la nouvelle Freebox reprend une interface standardisée définie par Google et qui privilégie l’accès au store d’applications et les différents services Google dont Google Play Films désormais en concurrence directe avec les autres services de vidéo à la demande.

S’il s’agit donc d’une étape importante dans le processus de prise de contrôle par Google de la télévision connectée à la française (box des opérateurs), Xavier Niel a pris soin de brouiller les pistes en précisant que l’OS Android TV ne serait pas repris dans la prochaine Freebox V7 dont le développement continue d’être assuré en interne. Android TV devrait donc être réservé à l’entrée de gamme, ce qui peut être interprété comme un moyen de minimiser son importance. Dans la logique de ce raisonnement, Free aurait donc obtenu des contreparties importantes de Google (accords d’interconnexion notamment) en échange d’une box finalement secondaire pour l’opérateur. Le pari semble pour le moins risqué au moment où Google semble avoir enfin arrêté sa stratégie en matière de télévision connectée.

image_pdfimage_print