Flash

Samsung ne veut pas rater le virage de l’IoT

Lors de la conférence de presse du 15 juin à la Maison de la Mutualité, Samsung a présenté sa stratégie dans l’IoT, en présence du CSO (Chef Strategy Officier) Young Sohn et du VP Innovation, Luc Julia. Devant de nombreux invités et journalistes, l’entreprise coréenne a tenu à revenir sur ses modules ARTIK, présentés début mai à San Francisco lors de l’IoT World, ainsi que sur sa plate-forme SmartThings OpenCloud. Par ailleurs, le géant coréen a profité de l’événement pour mettre en avant ses collaborations avec la French Tech. Mais au-delà de ces éléments déjà connus du public, Samsung a surtout pu faire deux annonces importantes : l’ouverture d’un centre R&D à Paris et une prise de participation dans la société française Sigfox. Alors que la concurrence se bouscule sur ce nouveau marché, Samsung doit faire face à Broadcom, Intel, Qualcomm sur le segment des composants, et les géants du net d’autre part. Les moyens déployés par Samsung dans l’IoT semblent être à la hauteur de ses ambitions (100% de ses appareils connectés à l’IoT en 2020).

 La French Tech au rendez-vous

Le CSO Young Sohn a profité de la conférence de presse, et de la présence d’Emmanuel Macron, pour annoncer l’ouverture d’un centre de R&D à Paris spécialisé dans le Cloud et l’IoT (Samsung Strategy & innovation Center). Plus de détails seront fournis lors de la visite du Ministre de l’Économie en Corée du Sud le mois prochain. Le centre devrait être dirigé par Luc Julia, actuel VP Innovation et l’un des créateurs de l’assistant vocal Siri (Apple) et de SAMI (Samsung Architecture Multimodal Interactions), la nouvelle architecture Cloud de Samsung.  Emmanuel Macron s’est félicité des initiatives du Coréen en rappelant que les petites entreprises avaient besoin des grandes et inversement. Le Ministre a également tenu à rappeler que la French Tech représente aujourd’hui bel et bien un savoir-faire reconnu à l’étranger, en témoigne les initiatives de Facebook et d’Intel qui ouvrent eux aussi des centres R&D en France. Dans un élan d’enthousiasme, le Ministre de l’Économie se laisse même aller en s’exclamant : « France is back ».

Mais l’annonce la plus importante est sans doute celle de l’investissement stratégique dans l’opérateur Sigfox avec lequel Samsung collabore déjà sur ses SoC ARTIK (System on a Chip ou système sur puce).  Au-delà de l’aspect financier, la société toulousaine va surtout bénéficier d’un accord industriel qui représente un levier de croissance important et propulse la start-up dans une autre dimension en creusant l’écart avec ses concurrents (avant son entrée en bourse prévue l’année prochaine). En effet, Samsung a annoncé que lors du lancement officiel, les cartes à puce ARTIK seront « Sigfox Ready » et pourront s’intégrer à n’importe quel objet connecté. Les puces ARTIK auront l’avantage d’être compatibles qu’avec son réseau bas débit.  De plus, Samsung entend offrir l’interopérabilité à ces objets, cela veut dire qu’ils pourront communiquer entre eux. Les fabricants intégrant ces SoC à leurs objets n’auront donc qu’à activer un abonnement pour les rendre communicants, en bas débit et longue distance. Ce mode de communication pourra cohabiter avec d’autres protocoles de communication comme le Bluetooth low-energy (BLE) ou le Wi-Fi, pour servir de relais (solution de secours) ou pour envoyer et recevoir un type d’information très spécifique, peu gourmand en énergie.

ARTIK et SmartThings OpenCloud

  • ARTIK : le SoC pour accélérer le développement de l’IoT
    Cette conférence de presse était donc l’occasion de promouvoir l’écosystème ARTIK et de montrer quelques usages possibles, en profitant de la présence de start-up partenaires issues de la French Tech que Samsung a choisi de soutenir (une autre façon de s’engager dans l’écosystème français). samsung1Nous avons alors pu assister à une démonstration de la start-up Lilloise Weenat, qui conçoit des capteurs pour l’agriculture, et du normand BodyCap, qui développe des gélules connectées. De manière générique, ARTIK est une gamme de puces[1] (3 formats) destinées à la fabrication d’objets connectés peu consommateurs d’énergie et compatibles avec les technologies de communication existantes (Wifi, BLE, ZigBee, Thread et maintenant Sigfox). Ces puces doivent d’abord équiper les objets Samsung (toutes les divisions de Samsung utiliseront la technologie ARTIK) mais sont également destinées aux autres fabricants. Le Coréen espère généraliser ses puces à 200 millions d’objets par an d’ici 2020. L’accord industriel va permettre à Sigfox de prendre une autre dimension, d’autant plus que le site TechCrunch révèle qu’une autre annonce pourrait être faite sur la participation d’un autre géant de l’électronique.
  • SmartThings OpenCloud : plate-forme agnostique de collecte et de traitement de données pour l’IoT
    Pour compléter son « offre », vient s’ajouter la plate-forme OpenCloud de Samsung qui est présentée comme une réponse à la fragmentation de l’univers IoT et son manque d’interopérabilité. La plate-forme permet de collecter des données issues de n’importe quel objet connecté et de faire interagir objets et capteurs. Derrière cette solution, on retrouve SAMI, une plate-forme centralisée que Luc Julia[2] présente comme un « data broker» qui sert d’intermédiaire : « C’est comme une banque des données : vos data y seront stockées, sécurisées, mais elles vous appartiendront toujours », explique Luc Julia. samsung2Les développeurs auront donc le loisir de développer des applications à valeur ajoutée pour faire fructifier les données déposées. La plate-forme permettra ainsi de croiser les données d’appareils qui jusqu’alors ne pouvaient pas communiquer entre eux pour développer de nouveaux services. Cette plate-forme peut être perçue comme une amélioration de Siri : avec SAMI, la plate-forme est capable d’agréger les données de multiples sources et de les transformer en recommandations afin d’améliorer le quotidien. Samsung souhaiterait ainsi décloisonner la collecte d’informations (par capteur, par produit…) pour agréger l’ensemble des informations et traiter les données ensemble plutôt qu’en silo afin de produire des indicateurs plus compréhensibles. SAMI compte déjà de nombreux partenaires comme Withings, Pebble, Fitbit, etc.

L’IoT : un nouveau relais de croissance pour Samsung

Lors de son bilan du premier trimestre 2015, Samsung a dévoilé des chiffres satisfaisants sur le segment du smartphone[3] (la division mobilité est la plus importante du groupe à l’heure actuelle). samung3Mais malgré sa position de leader des ventes, le chiffre d’affaire est lui sur le déclin et on imagine naturellement que Samsung mise beaucoup sur le marché de l’IoT, notamment sur celui des semi-conducteurs pour trouver de nouveaux relais de croissance. Après l’acquisition de SmartThings pour 200 millions de dollars (un hub domotique concurrent de Nest et HomeKit) et la relance de son OS Tizen, sans oublier l’acquisition de LoopPay, start-up spécialisée dans le paiement sans contact, Samsung confirme son intention d’investir le marché de l’internet des objets. Le géant coréen est par ailleurs membre fondateur de l’alliance Thread et de l’Open Interconnect Consortium, deux organismes dont la vocation est de garantir une interopérabilité entre services connectés et de réduire la fragmentation de l’écosystème IoT. Il est clair que Samsung va devoir faire face à de nombreux concurrents sur plusieurs segments, de la part d’acteurs comme Intel ou Qualcomm, eux aussi très actifs sur le segment des composants, mais également des géants du net qui se positionnent sur ce qui pourrait être la prochaine révolution digitale. Le groupe coréen, qui représente 20% du PIB de son pays, fera tout pour imposer l’usage de ses composants et développer de nouveaux produits. En proposant la plate-forme ARTIK à bas prix, Samsung tente de réduire les barrières à l’entrée pour les start-up qui veulent intégrer ce marché florissant.

Pour aller plus loin
1/ Samsung Invests In Sigfox’s Network For Connected Objects
2/ Site officiel SmartThings OpenCloud3/ Site officiel ARTIK

 

[1] Circuit imprimé, support logiciel et outils pour les développeurs et un module de chiffrage de données

[2] « J’ai deux bébés : Siri est ma fille, Sami est mon fils »

[3] http://www.lesnumeriques.com/samsung-sommet-marche-smartphones-mais-en-serieux-declin-n41737.html

image_pdfimage_print