Flash

Virgin Media compte sur une nouvelle box TiVo pour dynamiser son offre TV

Si le marché britannique est le plus dynamique d’Europe pour la télévision payante, l’équipement proposé par les opérateurs a longtemps fait figure de parent pauvre dans les différentes offres. La situation a pourtant évolué rapidement au cours de ces derniers mois au point de positionner aujourd’hui les opérateurs britanniques à la pointe de l’innovation dans les services et les interfaces. Après le lancement de Sky Q il y a un an puis la refonte de l’offre EE TV autour d’un décodeur Netgem, c’est aujourd’hui le câbloopérateur Virgin Media qui propose un nouveau boitier TiVo. L’expérience utilisateur est donc plus que jamais au cœur des stratégies de recrutement et de fidélisation des opérateurs britanniques.

• La nécessité de repositionner Virgin Media sur la Télévision payante

Virgin Media, propriété de Liberty Media depuis 2013 est durablement installé au Royaume-Uni comme le principal câbloopérateur et le deuxième distributeur de télévision payante, loin derrière Sky, incontestable leader. Mais depuis le rachat par le géant américain la priorité a été donnée à la réduction des coûts et à des investissements conséquents dans son réseau à large bande afin de maintenir son avance sur Sky et BT en tant que fournisseur d’accès à internet. La télévision a donc été négligée et Virgin Media est confronté à une stagnation durable du nombre d’abonnés vidéo. Alors que ses rivaux Sky et BT ont réussi à attirer des dizaines de milliers de nouveaux abonnés chaque trimestre en misant tout sur les contenus exclusifs, à commencer par la très onéreuse Premier League de football dont ils se partagent la diffusion, Virgin Media n’arrive plus à recruter sur son offre TV. Ainsi, même si l’opérateur dispose d’un bassin conséquent de 13 millions de foyers éligibles, le nombre d’abonnés TV reste figé à 3,7 millions de britanniques, un chiffre en légère baisse par rapport à l’année précédente mais qui surtout n’a pas varié depuis le début de la décennie 2010. Virgin Media n’arrive donc pas à profiter de la dynamique du marché de la télévision payante au Royaume-Uni. Pourtant, le nombre d’abonnés est en constante augmentation, passant de 14,4 millions en 2010 à 17,9 millions en 2015, soit une augmentation de 24% en cinq ans, ce malgré la concurrence et le succès des services de vidéo à la demande par abonnement.

1

Sky (satellite) reste solide leader avec plus de 11 millions d’abonnés à fin 2015, soit environ 60% du total des abonnés britanniques à une offre de télévision payante, devant Virgin (câble), TalkTalk (IPTV) et BT (IPTV). La croissance de Sky se poursuit en 2016 puisque pour le territoire Royaume-Uni/Irlande, l’opérateur comptabilise 12,4 millions d’abonnés au 30 septembre 2016 (un chiffre qui comprend également les abonnés à l’offre OTT NOW TV).

Outre l’absence de contenus exclusifs (Virgin n’édite pas de chaînes sous son nom même s’il a racheté l’an dernier TV3 Group qui édite deux chaînes en Irlande), les boitiers TiVo et les interfaces de l’américain, partenaire historique depuis 2010 ont peu évolué depuis cette date, mis à part l’intégration native de l’application Netflix en 2013 ce qui constituait alors le premier accord de distribution avec un opérateur pour le service de streaming. Liberty Media a donc appelé en 2015 David Bouchier, ancien de Sky Italia pour redynamiser l’offre TV de Virgin Media. Si il existe des rumeurs récurrentes autour du retour du groupe dans les contenus via le rachat de la part détenue par la BBC dans UKTV, groupe audiovisuel britannique détenu à parité par BBC Worldwide et Scripps Networks Interactive et dans lequel Virgin était présent jusqu’en 2011, la priorité a néanmoins été donnée au renouveau de l’équipement et de l’expérience utilisateur. La plateforme TiVo vieillissante va donc évoluer en profondeur avec le déploiement progressif à partir du mois de décembre 2016 d’un nouveau boitier, « Virgin TV V6 powered by TiVo ».

Outre son importance pour Virgin Media, il s’agit d’un enjeu conséquent pour la maison mère Liberty Global puisque la décision de prolonger et d’approfondir le partenariat avec TiVo marque un revirement stratégique. De fait, Liberty Global affirme qu’il envisage de déployer le nouveau boitier V6 au-delà du Royaume-Uni, en dépit de ses investissements initiaux dans sa propre plate-forme Horizon dont il attendait pourtant énormément mais qui n’a jamais vraiment réussi à s’imposer. Le boitier V6 a donc été développé pour être utilisé par les filiales de Liberty Global en Europe et en Amérique latine à partir de 2017. Ce sera la première fois qu’une seule et même box sera déployée si largement sous l’empreinte de Liberty Global. Virgin Media a d’ailleurs précisé que la V6 a été le résultat du travail combiné de 64 équipes soit 550 personnes travaillant sur le projet dans 6 pays.

2

• Une nouvelle expérience TV autour de la box V6 powered by TiVo

Le nouveau boitier doit permettre à Virgin de rattraper son retard en termes d’expérience utilisateur et de fonctionnalités innovantes sur son rival Sky qui a lancé il y a tout juste un an ses nouvelles offres Sky Q.

Des différences importantes demeurent entre les deux approches. Virgin a ainsi fait le choix d’une certaine continuité quand Sky a clairement joué la carte de la rupture. Le nouveau boitier V6 est entièrement compatible avec les précédentes offres TiVo de Virgin Media, ce qui permettra aux clients de conserver leurs enregistrements ainsi que les différents paramétrages. Une autre différence notable réside dans le positionnement tarifaire. La nouvelle V6 sera disponible avant la fin de l’année pour tous les clients vidéo de Virgin Media moyennant un prix fixe et forfaitaire de £ 100 (99,95 exactement). Mais les clients « Full House » (broadband + TV ou 3P) ou abonnés au bouquet premium « VIP » ne paieront que la moitié de la somme. Sky a pour sa part adopté un positionnement moins attractif en contraignant ses abonnés à souscrire à un nouveau contrat et à payer plus cher chaque mois leur abonnement.

Reste que sur le fond, les deux approches partagent néanmoins l’essentiel avec quatre piliers communs : le passage à l’ultra haute définition, la reconnaissance de l’importance du délinéarisé, la prise en compte du multi-écrans et de la mobilité au sein du foyer ainsi que la nécessité de proposer des grosses capacités en termes d’enregistrement et de stockage.

– Stockage et enregistrement

D’un point de vue matériel, la V6 de Virgin propose un disque dur de 1To qui peut stocker jusqu’à 500 heures d’enregistrements en définition standard ou 100 heures en HD. La box contient suffisamment de tuners (le nombre exact n’est pas communiqué) pour permettre d’enregistrer six canaux à la fois tout en continuant d’utiliser la box sur des contenus non linéaires. On est proche des performances de Sky Q qui propose deux boitiers différents, un de 2To avec 12 tuners TV et un modèle 1To avec huit. Mais dans les deux cas, tous les tuners ne sont pas disponibles pour les enregistrements, certains étant réservés aux Sky Q Mini, des boitiers wi-fi additionnels. La meilleure box Sky Q n’est donc capable d’enregistrer que quatre canaux (trois seulement pour la box plus modeste).

Il est intéressant de noter à propos des enregistrements, que Virgin n’a pas retenu la fonctionnalité SkipMode de TiVo pourtant disponible aux Etats-Unis dans sa dernière génération de box. TiVo tague automatiquement le début et la fin des différentes coupures publicitaires sur les 20 chaînes les plus regardées aux Etats-Unis pour permettre aux utilisateurs d’échapper à la publicité sur leurs enregistrements d’un simple appui sur un bouton de la télécommande. Rien de tel donc dans la nouvelle V6 qui sort au Royaume-Uni. En revanche, Virgin va profiter de la puissance du boitier pour renforcer sa division Virgin Media Solutions, lancée en septembre et qui représente le bras armé du groupe dans la publicité. Composé essentiellement des équipes de l’ancienne régie publicitaire de TV3, Virgin Media Solutions commercialise l’inventaire de la chaîne irlandaise mais développe également de la publicité adressable sur la vidéo à la demande (catch-up gratuite) proposée sur la plate-forme Virgin TV. La V6 va permettre de développer l’inventaire.

– Compatibilité avec l’Ultra Haute Définition

La box V6 permet également à Virgin de se repositionner dans la course à l’Ultra Haute définition, devenue un standard pour tous les nouveaux équipement en Europe. Au Royaume-Uni, la plateforme gratuite Youview, distribuée par BT et Talk-Talk est compatible depuis le début de l’été 2015 (boitier Humax DTR-T4000 uniquement). C’est bien sûr également le cas pour Sky Q et il était donc urgent de franchir le pas pour Virgin. La V6 est une box 4K UHD équipée du HDMI 2.0 et capable de décoder HEVC. En revanche, si le support du HDR est annoncé, il faudra attendre une future mise à jour mise à jour du logiciel qui n’interviendra que lorsque la puce du fabricant Broadcom sera en mesure de publier un nouveau firmware pour le processeur embarqué dans la V6. De plus, si le mouvement était indispensable, Virgin est confronté à un manque de contenus premium 4K par rapport à ses principaux concurrents. Sky et BT peuvent en effet compter sur la diffusion de la Premier League de football en UHD et Sky propose également des contenus 4K UHD sur le Sky Store, sa boutique de vidéo à la demande transactionnelle. Rien de tel pour Virgin qui doit donc se contenter des programmes UHD disponibles sur Netflix et YouTube. C’est faible. La situation est d’autant plus étonnante que le lancement de la V6 s’accompagne de la refonte complète annoncée pour février 2017 du Virgin Media Store, accessible directement depuis la plate-forme mais également sous forme d’une application iOS et Android ouverte à tous sans nécessité d’être un client Virgin. Ce nouveau service de VOD proposera de l’achat définitif en reprenant le concept du Buy & Keep du Sky Store, soit l’envoi par Virgin d’une copie physique associée à la copie dématérialisée. Une approche directement copiée sur Sky qui s’est avéré particulièrement pertinente puisque l’offre du support physique a été plébiscité par les clients, permettant à Sky Store de dépasser iTunes au Royaume-Uni en parts de marché, et ce dans un laps de temps très court.

– Accompagner la consommation délinéarisée

Contrairement à Sky qui propose une plateforme très fermée et centrée sur les contenus édités par le groupe, Virgin poursuit sa stratégie d’ouverture en mettant en avant l’intégration et la distribution des applications de streaming, initiée dès 2013 avec Netflix. Ce dernier, qui vient de prolonger une série d’accords avec TiVo, est donc toujours présent, aux côtés de YouTube, Hayu (service SVoD de Universal Pictures) ou Vevo mais également du iPlayer de la BBC. Toutes ces applications sont nativement intégrées permettant des fonctions de recherche horizontale sur l’ensemble des contenus. La V6 conserve également le Reverse EPG historique de TiVo qui donne la possibilité depuis le guide électronique des programmes de revenir en arrière pour retrouver un programme disponible en rattrapage.

La box V6 intègre également la fonctionnalité Series Link+ qui permet là encore de faire le lien entre Live et VoD en cherchant automatiquement dans l’ensemble des contenus les différents épisodes d’une même série. La fonctionnalité est identique au service OnePass très populaire aux Etats-Unis et inclus dans les nouveaux boitiers TiVo, permettant de créer des playlists personnalisables pour les séries TV en cherchant tous les épisodes et toutes les saisons où qu’ils soient diffusés (réseaux Broadcast, chaînes du câble ou services de streaming). De plus, Link+ permet d’enregistrer automatiquement les épisodes à venir pour les ajouter à la liste.

– Favoriser l’expérience multi-écrans

De nouveau, si l’objectif est partagé, il existe des différences importantes dans les approches de Sky et Virgin. L’opérateur satellite a fait d’un équipement très complet, associant une box, un routeur (Sky Q Hub) ainsi que plusieurs boîtiers Wi-fi, Sky Q Mini, branchés sur le réseau CPL du foyer, l’ensemble étant censé permettre d’étendre l’expérience Sky Q à plusieurs téléviseurs ou terminaux en connectant toutes les pièces de la maison à l’écosystème. C’est le cœur de la promesse de l’opérateur qui communique abondamment sur ce concept de « Fluid Viewing ». L’approche multi-écrans de Virgin Media est plus traditionnelle, reposant sur des applications mobiles.

La plus importante est une nouvelle version de l’application de streaming baptisée TV Anywhere et qui permet d’accéder aux milliers de contenus à la demande, gratuits et payants ainsi qu’aux enregistrements sur le disque dur de la box V6 quand un terminal est connecté au réseau domestique. Certains de ces contenus peuvent également être synchronisés avec les périphériques mobiles pour une consultation hors ligne. TV Anywhere peut également communiquer avec le décodeur à distance pour planifier ou supprimer des enregistrements tout en étant à l’extérieur. Dans le foyer, l’application permet aux périphériques de se transformer en télécommande, et de lancer directement les contenus sur le téléviseur. Enfin, la dernière version de l’application profite d’une nouvelle fonctionnalité de recommandation autour d’une liste de programmes correspondant aux goûts de chacun, en fonction de l’historique de consommation. Suivant les traces de la BBC (iPlayer Kids) et de Sky (Sky Kids), Virgin Media a également développé une nouvelle application pour iOS et Android spécifique pour les enfants. Lancée en Février prochain, elle agrégera les contenus jeunesse disponibles dans le bouquet TV de l’abonnement et permettra de télécharger en local certains des contenus. L’application, gratuite pour les abonnés TV, comprendra aussi des jeux et des livres électroniques, avec des profils personnalisables et des fonctions de contrôle parental.
Enfin, pour compléter la nouvelle expérience mobile, l’opérateur lance également sa propre tablette: TellyTablet, une tablette HD de 14 pouces, qui intègre ses nouveaux services mais donne également un accès complet à Google Play Store. Le matériel fabriqué par Alcatel tourne sous une version personnalisée d’Android Marshmallow. Proposée au prix de 299£, les abonnés à un forfait Virgin Mobile pourront lisser l’achat sur leur contrat pendant 24 mois moyennant 10£ supplémentaire sur chaque facture.

Au final, sans être révolutionnaire, la nouvelle box V6 permet à Virgin Media de repositionner son offre vidéo pour respecter sa promesse de proposer désormais plus que de la télévision par le câble pour aller vers une expérience connectée beaucoup plus complète. C’est sans doute insuffisant pour espérer pouvoir se rapprocher du leader Sky, mais nécessaire pour maintenir à distance les opérateurs télécoms TalkTalk et BT. Ces derniers, malgré des atouts certains notamment dans les contenus, restent encore prisonniers de la plateforme hybride YouView qui, malgré des améliorations successives, reste encore loin en termes d’innovation et de fonctionnalités.

image_pdfimage_print