Flash

Le groupe AB dans le giron de Mediawan : la restructuration du paysage audiovisuel français se poursuit

Le SPAC Mediawan (« véhicule d’acquisition coté »), fondée par Pierre-Antoine Capton, Xavier Niel et Matthieu Pigasse a annoncé lundi 30 janvier 2017 vouloir acquérir à 100% le Groupe AB, pour un montant de 270 millions d’euros. Les actionnaires de Mediawan sont invités à se prononcer sur cette acquisition lors d’une Assemblée spéciale qui se tiendra le 13 mars 2017. L’objectif de Mediawan : « Créer un big bang de la production en Europe ». NPA revient sur les forces du Groupe AB et analyse le rachat dans le contexte actuel des chaînes thématiques.

 Les chiffres clés du groupe AB :

Chiffre d’affaires 2016 : 158 M d’euros (vs 184 M en 2014)

CA AB Thématiques : 44,5M en 2015 (vs 48,4M en 2014)

EBITDA 2016 : 36 M d’euros

Actionnaires : Claude Berda (53%), TF1 (33,5%), salariés (13,5%)

Montant de la transaction : 270 M€

  1. Le Groupe AB, présent de la production audiovisuelle jusqu’à la diffusion et la distribution

 Face à l’arrivée de nouveaux acteurs internationaux, les groupes audiovisuels ont pour ambition croissante de maîtriser l’ensemble de la chaîne de valeur allant de la production de programmes à l’édition de chaînes afin de sécuriser l’approvisionnement des dernières et de maximiser les synergies. Le groupe AB est une bonne illustration de cette stratégie d’intégration verticale en combinant l’ensemble de ces deux activités, et en y ajoutant une forte présence dans la distribution.

  •  Production : une activité décroissante depuis la séparation de Jean-Luc Azoulay et de Claude Berda

AB dispose d’une capacité de production de fictions « haut de gamme ». Mais cette activité a nettement diminué depuis la séparation de Claude Berda et Jean-Luc Azoulay en 1999. Aujourd’hui concentré sur ses activités de diffuseur et de distributeur, le Groupe continue de produire des fictions à succès avec ses deux filiales :

– Auteurs associés (Dominique Lancelot) qui produit notamment Section de recherche

– Ego Production (Pascale Breugnot), rachetée début 2016 et qui produit notamment Alice Nevers, Zone Blanche, Une Famille Formidable, Doc Martin

Les deux sociétés de production réalisent ainsi au total 19h42 en termes de volume d’heures de fiction diffusées lors de la saison 2015/2016[1]. En comparaison, Elephant et Cie produit 22h30 de fictions et Telfrance 29h40. Auteurs Associés se place à la 10ème place du classement et Ego Production à la 14ème place.

  •  Le catalogue de distribution (AB International Distribution) : présent dans l’ensemble des genres

Le catalogue du Groupe AB détient l’un des plus gros catalogues de programmes d’Europe, avec une forte présence dans la fiction (890 titres), mais détient également dans son portefeuille de l’animation, du documentaire et du cinéma.

Outre ses productions propres, il commercialise notamment des productions Eléphant et compagnie (Fais pas ci fais pas ça), Images et Compagnie (Mafiosa), Son et Lumière (Engrenages), Scarlett production (Kaboul Kitchen), et bien d’autres programmes cultes (Hélène et les garçons, Friends, etc.). Warner et Paramount font également partie des sociétés de production dont certains programmes sont distribués par AB Distribution.

Nombre de titres disponibles dans le catalogue de AB Distribution

Ab distrib 1

Source : AB international Distribution

 

  • Les chaînes du groupe : 19 chaînes, pour une activité sous tension

Audiences_AB

Avec 19 chaînes au total, le groupe AB détient le line up le plus étendu de chaînes thématiques en France, dont RTL9, longtemps leader sur ce marché et qui est aujourd’hui 6ème dans le classement Médiamat’ Thematik (Ensemble Univers, hors TNT), ou AB1 (15ème). « Les chaînes payantes restent rentables, à condition de maîtriser les coûts et de garder une identité forte. Mais le marché de la publicité a baissé et les opérateurs rémunèrent moins les chaînes. L’équation est bien plus difficile qu’avant. Nous sommes presque au niveau de Numéro 23 ou Chérie 25, mais les annonceurs privilégient les chaînes gratuites », indiquait au Figaro le directeur général des programmes du groupe Richard Maroko, en juillet 2016, à la sortie de la dernière vague du Médiamat’ Thématik.

Audiences des chaînes du Groupe AB présentes dans le Médiamat’ Thématik

 Audiences_AB_2

2. Des chaînes thématiques en recul au profit des chaînes TNT gratuites

Ce rachat est réalisé dans un contexte où les chaînes payantes subissent une double concurrence : de la part des chaînes gratuites, d’une part, avec l’élargissement de la TNT intervenu fin 2012, particulièrement, des plateformes de SVoD de l’autre. En effet, la puissance des chaînes gratuites (27 chaînes nationales gratuites représentant environ 75% des audiences en moyenne en 2016) est largement responsable de la stagnation des audiences et du revenu des chaînes payantes. Ainsi, si les revenus des chaînes payantes ont augmenté de 2% entre 2013 et 2014, cette progression est essentiellement portée par les bonnes performances de beIN Sports.

  •  Nombre d’abonnés aux offres payantes

Le nombre d’abonnés à une offre de télévision payante en France est estimé à 18,2 millions fin 2015 (estimation de l’Idate pour le CSA), soit une progression de 10% entre 2011 et 2015. Mais la dynamique est uniquement portée par la croissance du nombre d’abonnés à une offre de premier niveau (bouquets intégrés aux offres triple play, 261 000 foyers abonnés supplémentaires sur la période 2011 – 2015), le nombre de foyers abonnés à une offre de télévision payante de second niveau diminuant lui de 244 000 foyers abonnés. Cette baisse est constante depuis 2011 (- 1,184 million d’abonnés entre 2011 et 2015). Le nombre d’abonnés à une offre de télévision payante de second niveau en France est estimé à 10,4 millions fin 2015.

Évolution du nombre de foyers abonnés à une offre payante entre 2011 et 2015

(En millions de foyers abonnés sur le poste principal)

Ab distrib 2

Source : IDATE, « World TV & Video Services Markets », décembre 2015

  • Audiences des chaînes payantes

Auprès des 4 ans et plus abonnés à une offre payante, les chaînes thématiques représentent 25% de l’audience en décembre-juin 2016, en recul de 0,9 pt par rapport à décembre-juin 2015. Au contraire, les chaînes de la TNT gratuites sont quant à elles en progression constante (hors chaînes historiques).

Ab distrib 3

Source : NPA sur données Médiamétrie/ Médiamat’Thématik

Auprès de l’ensemble des 4 ans et plus équipé d’un téléviseur, quel que soit le mode de réception, l’agrégat « Autres chaînes » (constitué des chaînes thématiques, chaînes locales et chaînes étrangères) indique une part d’audience de 10% stable par rapport à 2015 (9,9%) mais en baisse plus notable en comparaison avec 2014 (10,7%)[2]. Une PdA qui affiche en revanche une belle progression pour les nouvelles chaînes de la TNT HD (7,8% en 2015 vs 5,5% en 2015)

Cette tension face au développement de la TNT gratuite et à l’arrivée massive des services de SVoD a néanmoins profité à l’activité de distribution du groupe : en effet, les besoins de programmes se sont multipliés en même temps que la création de chaînes et de services de SVoD. Ainsi, dans le Baromètre des offres SVoD de NPA Conseil[3], au 30 janvier 2017, 12 titres actifs (fiction et jeunesse) ont été identifiés pour le Groupe AB en France (par exemple : Lilyhammer, Mon Curé chez les nudistes, L’Ecole des champions), positionnant le groupe à la 40ème place comme ayant-droit SVoD.

Aujourd’hui peu actif en termes de productions originales, et alors que son activité d’éditeur ne bénéficie pas d’un contexte très favorable pour les chaînes payantes, l’activité de distribution du Groupe AB est mis en valeur avec un catalogue de distribution particulièrement développé.

[1] Source : Ecran Total, Classement des producteurs de fictions saison 2015/2016, 15 septembre 2016

[2] Source : médiamat annuel 2016 de Médiamétrie

[3] Périmètre : SFR Play, CanalPlay, Netflix, La Box de Videofutur, Amazon prime instant video, Tfou Max, Gulli Max, Club vidéo SFR, Filmo TV

image_pdfimage_print

Tagged , , , , ,